1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus aux États-Unis : pourquoi Biden maintient-il les frontières fermées ?
2 min de lecture

Coronavirus aux États-Unis : pourquoi Biden maintient-il les frontières fermées ?

DÉCRYPTAGE - Les voyageurs en provenance de l'espace Schengen, du Royaume-Uni et d'Irlande ne peuvent eux plus entrer aux Etats-Unis depuis mars 2020.

Le président américain Joe Biden le 13 mai 2021. (Illustration)
Le président américain Joe Biden le 13 mai 2021. (Illustration)
Crédit : NICHOLAS KAMM / AFP
Thomas Pierre & AFP

Les États-Unis maintiennent leur isolement. Les frontières américaines restent fermées pour l'instant aux voyageurs internationaux, qu'ils soient testés ou vaccinés, a annoncé lundi la Maison Blanche. "Nous maintenons à ce stade les restrictions existantes aux voyages", a dit la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki. 

L'une des raisons invoquées : la propagation rapide du variant Delta "ici et à l'étranger". Les États-Unis font face, comme une bonne partie de la planète, à une nette hausse des contaminations sous l'effet du variant Delta, le plus contagieux depuis l'éclatement de la pandémie de Covid-19. 

Tandis que les pays de l'Union européenne ont décidé de rouvrir leurs propres frontières aux Américains, à condition qu'ils soient vaccinés contre le Covid-19 ou présentent un test négatif, les voyageurs en provenance de l'espace Schengen, du Royaume-Uni et d'Irlande ne peuvent eux plus entrer aux Etats-Unis depuis mars 2020.

Pas de réciprocité pour l'instant

Cette fermeture des frontières est vivement critiquée par les professionnels du tourisme en Europe, mais aussi par le patronat américain. Le Canada a lui aussi décidé de rouvrir sa frontière à partir du 9 août pour les citoyens américains et les résidents permanents vivant aux Etats-Unis pleinement vaccinés, là aussi sans réciprocité.

À lire aussi

Au contraire, les États-Unis multiplient par ailleurs les avertissements à leurs ressortissants tentés de voyager à l'étranger. Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine, ont ajouté au Royaume-Uni lundi le Portugal et l'Espagne, entre autres, à la liste des destinations à éviter.

Vaccination en berne

L'autre raison principale a ce maintien des frontières fermées est le ralentissement du rythme de la vaccination. Au niveau national, seulement 57% de tous les Américains ont reçu au moins une dose, et 49% sont totalement vaccinés. 

Joe Biden et son administration, mais désormais également un nombre grandissant de responsables politiques de l'opposition, multiplient les appels pour relancer un processus de vaccination qui a freiné pendant l'été.  

Pour tenter de relancer une campagne vaccinale en berne, la ville de New York va ainsi exiger de tous ses fonctionnaires d'être soit vaccinés soit d'effectuer un test de dépistage hebdomadaire. La mesure, qui entrera en vigueur le 13 septembre, s'appliquera à plus de 300.000 personnes, dont les policiers, les pompiers et les enseignants de la première ville des Etats-Unis, où le variant Delta se propage de façon inquiétante.

Lundi, une cinquantaine groupes représentant des millions de médecins, infirmiers, pharmaciens, et autres professionnels de la santé ont aussi appelé à rendre obligatoire la vaccination pour les travailleurs sanitaires.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/