1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Corée du Nord : la Chine rejette la faute sur les États-Unis après le tir du missile balistique nord coréen
1 min de lecture

Corée du Nord : la Chine rejette la faute sur les États-Unis après le tir du missile balistique nord coréen

Après le tir d’un missile balistique par la Corée du Nord, mardi 4 octobre, la Chine a réagi en rejetant la responsabilité sur les États-Unis.

Geng Shuang, ambassadeur adjoint de la Chine
Geng Shuang, ambassadeur adjoint de la Chine
Crédit : GREG BAKER / AFP
AFP & Julien Doucet

Au cours d’une réunion au Conseil de Sécurité de l’ONU, la Chine a rejeté la responsabilité du tir nord-Coréen sur les États-Unis. L’ambassadeur chinois adjoint, Geng Shuang, a notamment mis l’accent sur les "nombreux exercices militaires conjoints menés par les États-Unis et d'autres pays dans la région". Il a ensuite ajouté : "Les récents lancements de la Corée du Nord sont étroitement liés à la série d'exercices militaires dans la région". 

Geng Shuang a déclaré : "Sur la question nucléaire, les États-Unis jouent un deux poids-deux mesures et sont engagés dans des manœuvres politiques empoisonnant l'environnement sécuritaire de la région. Dans ce contexte, les tensions accrues dans la péninsule ne devraient pas être une surprise". Il souhaite voir les États-Unis répondre aux inquiétudes de la Corée du Nord.

Pour espérer une reprise du dialogue entre les Américains et les Nord-Coréens, l’ambassadeur adjoint a rappelé que la proposition d’assouplir les sanctions envers la Corée du Nord, formulée en 2019 par la Chine et la Russie, est toujours d’actualité. Les États-Unis ont répondu par le biais de leur ambassadrice, Linda Thomas-Greenfield, qui a affirmé : "La Chine et la Russie veulent récompenser la Corée du Nord pour ses mauvaises actions et cela ne peut pas être pris au sérieux par la Conseil".

En mai dernier, les États-Unis ont souhaité infliger de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, mais la Chine et la Russie avaient mis leur veto sur cette résolution. Cette proposition a fait suite aux trois séries de sanctions adoptées par le Conseil en 2017. L'ambassadeur français, Nicolas de Rivière, a réagi en appelant le Conseil de sécurité à agir face à cette grave situation.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire