2 min de lecture Réseaux sociaux

Contenus haineux : de plus en plus de marques boycottent Facebook

Coca-Cola, Ford, Microsoft, Starbucks, Levi’s, Honda... Les marques sont de plus en plus nombreuses à retirer leurs contenus publicitaire sur les réseaux sociaux en signe de contestation.

Micro générique Switch 245x300 Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Contenus haineux : de plus en plus de marques boycottent Facebook Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Sarah Belien

Facebook est sous pression face à la tendance des grands annonceurs à retirer leurs campagnes publicitaires. La richesse de Facebook vient d’abord de la pub. 70 milliards de dollars l’an passé. Pourquoi est-ce que Facebook est si précieux pour les marques ?

Parce que si vous y passez beaucoup de temps chaque jour, depuis des années, que vous cliquez ou que vous commentez sur des choses qui vous intéressent, Facebook va avoir un profil très précis de vos goûts, et va presque pouvoir anticiper vos envies. C’est la force de Facebook, qui fait remonter des éléments qui vous intéressent. C’est bien cela que Facebook vend aux entreprises qui veulent faire de la publicité : un ciblage extrêmement fin, redoutable d’un point de vue commercial.


Et pourtant Coca Cola, Ford, Microsoft, Starbucks, Levi’s, Honda, Adidas, retirent leurs pubs de Facebook. Même chose pour le géant Unilever c’est à dire Dove, Knorr, Lipton, Omo, Magnum. Son grand rival Procter & Gamble envisage de faire de même, donc Ariel, Gillette, etc... Mais il y a aussi des petites entreprises qui représentent la part la plus importante des revenus publicitaires du réseau social de Mark Zuckerberg.

Mettre fin à la haine pour le profit

Alors même si elles ne retirent pas leurs pubs que de Facebook mais de tout ou partie des réseaux sociaux, c’est bien Facebook qui est la principale cible de ce mouvement. Tout est parti d’une campagne lancée par un groupe d’activistes qui s’appelle Stop Hate for Profit (Mettez fin à la haine pour les profits).

À lire aussi
Donald Trump, le 10 juillet 2020 Donald Trump
Coronavirus : Facebook retire une vidéo de Trump jugée mensongère sur la pandémie


Cela a été relayé par des groupes influents aux États-Unis, des associations antiracistes. Ce qu’ils reprochent à Facebook, c’est de ne pas prendre ses responsabilités et de laisser se répandre sur son réseau de la désinformation.

On ne parle pas là de quelques fake news, mais de théories conspirationnistes, de rumeurs complotistes, qui expliquent en partie la défiance d’une partie importante des Américains vis à vis des recommandations sur le virus. Et exemple marquant dans l’actualité récente, les messages racistes, antisémites et autres puanteurs que ne nettoie pas suffisamment Facebook.

Plus d'encadrement des réseaux sociaux

Zuckerberg défend le principe de liberté d’expression, et c’est perçu comme un laissez faire coupable par de plus en plus d’Américains. Ainsi, certains reprochent à Facebook de ne pas mieux encadrer les tweets les plus mensongers du président Trump


C’est ce que pensent certains démocrates, et des républicains reprochent au contraire à Facebook de censurer les conservateurs. Zuckerberg marche sur des œufs. Facebook avait été secoué après la campagne présidentielle 2016, accusé de ne pas avoir su arrêter ceux qui utilisaient le réseau Facebook pour interférer dans l’élection en répandant de fausses informations.


Facebook promet de faire des efforts, notamment pour mieux contrôler les discours de haine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Facebook Publicité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants