1 min de lecture Racisme

Castaner saisit la justice après des messages racistes de policiers sur Facebook

Le ministre de l'Intérieur a saisi le parquet ce vendredi 5 juin après la révélation de messages racistes postés par des policiers dans un groupe privé sur Facebook.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Castaner saisit la justice après des messages racistes de policiers sur Facebook Crédit Image : Ludovic Marin / POOL / AFP | Crédit Média : Alice Moreno | Durée : | Date : La page de l'émission
Capucine Trollion
Capucine Trollion
et AFP

Après avoir promis des sanctions pour chaque mot raciste ou faute, Christophe Castaner passe à l'action. Comme le rapporte son entourage à l'AFP, le ministre de l'Intérieur a saisi la justice ce vendredi 5 juin après la révélation de publications de messages racistes de la part de policiers sur un groupe privé de Facebook. Ces messages avaient d'abord été révélés par le média StreetPress.

Le ministre de l'Intérieur a saisi le parquet de Paris en vertu de l'article 40 du code pénal qui impose à "toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit", "d'en donner avis sans délai au procureur de la République".

"S'ils sont avérés, ces propos inacceptables sont de nature à porter gravement atteinte à l'honneur de la police et de la gendarmerie nationales, dont les hommes et les femmes sont engagés au quotidien pour protéger les Français, y compris contre le racisme et les discriminations. C'est pourquoi le ministre de l'Intérieur a décidé de saisir le procureur de la République", rapportent les sources à l'AFP. 

"Comme il s'agit d'échanges au sein d'un groupe sur un réseau social, groupe sur lequel nous n'avons aucune information, ces éléments doivent avant toute chose être vérifiés", a commenté l'entourage du ministre.

Une enquête a révélé ce groupe privé

Selon l'enquête publiée le 4 juin sur le site de StreetPress, de très nombreux messages haineux, racistes, sexistes, homophobes et vulgaires y sont échangés entre participants. Des captures d'écran publiées par le média montrent ainsi des messages tournant en dérision la mort de jeunes hommes au volant de leur moto-cross ou qualifiant de "sale pute" la chanteuse Camelia Jordana qui a récemment dénoncé les violences policières.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme Politique Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants