1 min de lecture États-Unis

Colis suspects aux États-Unis : "Une tradition très longue de terrorisme intérieur"

INVITÉ RTL - Après l'envoi de sept colis piégés à des cibles régulières de Donald Trump, le spécialiste des États-Unis, Corentin Sellin, rappelle que les États-Unis ont régulièrement fait face à des attaques venant de l'intérieur dans leur histoire.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Colis suspects aux États-Unis : "Une tradition très longue de terrorisme intérieur" Crédit Image : TIMOTHY A. CLARY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Eléanor Douet

À deux semaines des élections de mi-mandat, le climat politique aux États-Unis est plus que jamais tendu. Sept personnalités démocrates, dont Hillary Clinton et Barack Obama, ou encore CNN, ont été visées mercredi 24 octobre par des colis piégés. Si le ou les expéditeurs n'ont pas encore été identifiés, une certitude s'impose quant aux cibles.

"Toutes ces bombes ont visé des têtes de turc de Donald Trump. Ce sont vraiment les personnes les plus haïes par Trump, et au-delà par toute la droite nationale, identitaire des États-Unis", souligne Corentin Sellin, professeur agrégé d'histoire, spécialiste des États-Unis. Ce dernier précise d'ailleurs que sur les réseaux sociaux hier, "cette frange de la population ne s'est pas vraiment plaint de ces bombes envoyées à ses ennemis". 

Si ces événements relèvent du terrorisme, il prend également une forme politique. Rien de surprenant aux États-Unis "qui ont une tradition très longue de terrorisme intérieur. On peut penser, il y a une vingtaine d'années à Unabomber, ou à l'attentat d'Oklahoma City qui avait été perpétré par un Américain", rappelle Corentin Sellin. 

Trump retourne les événements à son avantage

Ces colis piégés ont fait basculer les élections de mi-mandat (Midterms). Donald Trump qui était, hasard du calendrier, en meeting dans le Wisconsin, est apparu "beaucoup plus posé", note Corentin Sellin. 

À lire aussi
Le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, le 5 décembre 2019 États-Unis
Rescapés d'Auschwitz, deux amoureux se retrouvent 72 ans après

"On a vu qu'il avait déjà réussi à retourner la situation à son avantage, en proposant un récit alternatif en disant que l'atmosphère politique viciée est due aux attaques qu'il reçoit des médias et de ses opposants. Il leur a donc dit : 'pacifions-nous, unifions-nous, mais vous les premiers'", analyse Corentin Sellin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Amérique du Nord
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants