2 min de lecture International

Chercheurs français détenus en Iran : ce que l’on sait

L’ambassadeur d’Iran a été convoqué, vendredi 27 décembre, au ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Les autorités françaises ont rappelé leur détermination à faire libérer ses compatriotes.

Fariba Adelkhah, en 2012.
Fariba Adelkhah, en 2012. Crédit : Thomas ARRIVE / Sciences Po / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

“Nos compatriotes Fariba Adelkhah et Roland Marchal“ doivent être “libérés sans délai“ somme le Quai d’Orsay dans un communiqué publié ce vendredi 27 décembre. Dans cette missive, les autorités françaises confirment la convocation de l’ambassadeur d’Iran au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères par le secrétaire général adjoint. 


Fariba Adelkhah, anthropologue spécialiste du chiisme et directrice de recherche au CERI de Sciences Po Paris, et Roland Marchal ont été arrêtés en juin 2019 et sont détenus depuis plusieurs mois en Iran. Le spécialiste de la Corne de l’Afrique qui travaille également au CERI a été arrêté pour ses liens d'amitié avec la chercheuse, accusée d'espionnage. 


Fariba Adelkhah a entamé, jeudi 26 décembre, une grève de la faim "au nom de la liberté académique" avec la chercheuse australienne Kylie Moore-Gilbert également emprisonnée à la prison d'Evin à Téhéran. Cette dernière, employée du centre d’études sur l’islam de l’université de Melbourne, a été condamnée à 10 ans de prison, probablement pour espionnage également. 

Tensions diplomatiques avec Téhéran

Dans une lettre, elles ont dénoncé les actes “de torture psychologique“ depuis les geôles de la prison d’Evin à Téhéran, pointant un emprisonnement injustifié et des accusations "fabriquées". “En ce réveillon de Noël, nous vous demandons de nous rejoindre, le temps d’une journée dans notre privation d’eau et de nourriture afin d’exprimer votre solidarité avec nous“, avaient-elles écrit. 

À lire aussi
Le président chinois Xi Jinping est apparu lundi 10 février portant un masque de protection à Beijing. Chine
Coronavirus : Xi Jinping reconnaît la plus grave urgence sanitaire depuis 1949


Le président Emmanuel Macron avait vivement critiqué un enfermement “intolérable“ alors que les autorités iraniennes dénonçaient, elles, une “ingérence “ dans leurs “affaires intérieures“. 

Malgré plusieurs refus de négociations de La République Islamique, le gouvernement français a rappelé sa détermination dans sa démarche et attend "une totale transparence" de la situation des Français détenus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Iran Chercheurs
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants