2 min de lecture Conflit

"Coup d'État", intervention russe... Que se passe-t-il en Centrafrique ?

ÉCLAIRAGE - Le gouvernement centrafricain assure que la Russie, comme le Rwanda, a envoyé des troupes pour le soutenir face à une "tentative de coup d'État".

Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, en février 2020.
Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, en février 2020. Crédit : GAËL GRILHOT / AFP
Coline Daclin et AFP

Ce lundi 21 décembre, le Rwanda a annoncé avoir envoyé des troupes en Centrafrique. Dans la foulée, le gouvernement centrafricain soutient que la Russie a elle aussi décidé d'envoyer des soldats. 

"La Russie a envoyé plusieurs centaines d'hommes des forces régulières, et des équipements lourds" dans le cadre d'un accord de coopération bilatérale, a déclaré à l'AFP Ange Maxime Kazagui, le porte-parole du gouvernement centrafricain. Il n'a toutefois précisé ni leur nombre exact, ni la date de leur arrivée.

De son côté, la Russie ne confirme ni n'infirme les déclarations de Bangui. Interrogé sur le sujet, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, n'a rien dit de la présence ou non de troupes russes. "Les informations en provenance de ce pays suscitent une sérieuse inquiétude", a-t-il seulement assuré. 

Une "tentative de coup d'État" ?

Pourquoi cette crise ? En 2013, la Centrafrique a été ravagée par la guerre civile après qu'une coalition de groupes armés à dominante musulmane, la Séléka, a renversé le président François Bozizé. Depuis, même si la guerre a cessé, des groupes armés se disputent toujours le contrôle des ressources du pays, avec des exactions régulières contre les populations civiles.  

À lire aussi
histoire
Centrafrique : le 4 décembre 1977, le sacre napoléonien de Bokassa 1er

La situation est particulièrement tendue à l'approche des élections présidentielles, prévues le 27 décembre. L'ex-président François Bozizé a tenté de se déclarer candidat et devait être le principal concurrent au chef de l'État, Faustin Archange Touadéra. Mais la Cour constitutionnelle a invalidé sa candidature, estimant qu'il était sous le coup de sanctions des Nations unies en raison de son soutien présumé à des groupes armés responsables de "crimes de guerre" et de "crimes contre l'humanité". 

Les tensions sont arrivées à leur paroxysme vendredi 18 décembre, lorsque trois des plus puissants groupes armés qui occupent plus des deux-tiers de la Centrafrique ont commencé à progresser sur des axes routiers vitaux pour l'approvisionnement de la capitale Bangui. Ils avaient aussi annoncé leur fusion. Le gouvernement accuse dès le lendemain François Bozizé de "tentative de coup d'État" avec une "intention manifeste de marcher avec ses hommes sur la ville de Bangui". Ce que le parti de ce dernier dément.

La tenue de l'élection présidentielle remise en cause

Dimanche 20 décembre, la France, la Russie, les Etats-Unis, l'Union européenne et la Banque mondiale s'en mêlent : ils appellent François Bozizé et les groupes armés à déposer les armes. Selon des sources humanitaires et sécuritaires, des combattants de compagnies de sécurité privées russes seraient intervenus contre les rebelles à Mbaïki, à une centaine de kilomètres de la capitale. Dans la nuit, le porte-parole de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), Vladimir Monteiro, les rebelles ont été bloqués ou repoussés dans plusieurs localités. "La situation est sous contrôle", assure-t-il.

Les rebelles ont assuré dimanche avoir subi "de nombreuses pertes en vies humaines et de nombreux blessés" dans leurs rangs, tandis que l'ONU n'a pour l'heure communiqué aucun bilan. 

La Coalition de l'opposition démocratique, dont l'ancien président François Bozizé était le chef de file jusqu'à récemment, demande au nom du contexte sécuritaire un report des élections. De son côté, le président sortant a soutenu samedi que les élections se tiendraient bien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Conflit Rwanda Russie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants