2 min de lecture Carlos Ghosn

Carlos Ghosn : après l'arrestation de ses complices présumés, que sait-on sur sa fuite ?

L'arrestation des deux complices présumés de Carlos Ghosn, Michael et Paul Taylor, a permis d'en apprendre plus sur sa fuite du Japon.

Micro générique Switch 245x300 Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Carlos Ghosn : après l'arrestation de ses complices présumés, que sait-on sur sa fuite ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Camille Sarazin

Deux complices présumés de Carlos Ghosn dans sa fuite du Japon ont été arrêtés près de Boston : Michael et Paul Taylor, père et fils. Mike Taylor est un ancien des Bérets Verts, une unité d’élite des forces spéciales de l’US Army, qui s’est reconverti avec son fils dans la sécurité privée, pour des forces américaines et des affaires sensibles. Il a par exemple joué un rôle dans la fuite d’un journaliste du New York Times qui avait été capturé quelque mois plus tôt par les Talibans. Taylor a aussi déjà fait de la prison pour une affaire de truquage.

Depuis la fuite de Ghosn en décembre, il sont soupçonnés d’avoir imaginé ce plan. Mais ce qu’on ne savait pas c’est qu’ils étaient revenus aux États-Unis ces dernières semaines, pendant la crise sanitaire, discrètement. Jusque là ils étaient restés à l’étranger car les États Unis ont un accord d’extradition avec le Japon.

Mercredi 20 mai au matin, la police fédérale est venu les arrêter dans une maison du Massachusetts. Le fils s’apprêtait à prendre un vol pour Londres, et devait ensuite rejoindre Beyrouth.

Lors d’une audience par vidéo, on a pu les voir en tenue orange de prisonniers, le visage masqué. Les procureurs ne veulent pas qu’ils soient pas remis en liberté sous caution en attendant le demande d’extradition japonaise car ils ont démontré avec l’affaire Ghosn leur talent pour s’échapper. 

Comment Carlos Ghosn s'est-il échappé ?

À lire aussi
Carlos Ghosn, le 8 novembre 2018, à Maubeuge. Liban
Explosions à Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn "complètement détruite"

Justement, on apprend à cette occasion des détails sur la fuite de Carlos Ghosn. Dans ce mandat d’arrêt sont détaillés les étapes rocambolesques, minutées, reconstituées notamment avec des caméras de surveillance au Japon.

On apprend qu’entre juillet et décembre 2019, le fils Taylor s’est rendu au moins 3 fois au Japon et a rencontré à 7 reprises Carlos Ghosn dans un hôtel. Dernier voyage fin décembre. Il rencontre Ghosn, le lendemain il reçoit les bagages de Ghosn à l’hôtel. L’ancien patron de Renault arrive à part, se rend directement dans la chambre de Taylor, il a déjà une clé pour accéder à cet étage. 

En même temps, à 10h du matin, le père Taylor arrive par un vol privé à Osaka au Japon, depuis Dubai, accompagné d’un Libanais avec lequel ils avaient déjà été en affaire. Avec eux, deux larges boîtes de matériel de musique. Ils disent qu’ils sont musiciens. Ils rejoignent Tokyo, l’hôtel de Ghosn. 

15h30. Ils n’y restent pas longtemps, ils repartent ensemble, le fils Taylor prend un vol pour la Chine, les trois autres un train pour Osaka. Là, 20h15, dans un autre hôtel, ils entrent à trois dans une chambre, mais à 21h57 il ne sont que deux à en sortir, le père Taylor et le complice libanais, avec les malles, et donc Ghosn est probablement à l’intérieur. Ils se rendent à l’aéroport. Arrivée à 22h20. 

Les malles ne sont pas contrôlées car c’est un vol privé et que c’est un petit aéroport, tard dans la soirée. L’avion décolle pour la Turquie. Il est 23h10. Tout s’est fait en quelques heures. C’est comme un film ! Il reste encore beaucoup d’aspects mystérieux et nomment comment et combien les Taylor ont été payés. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carlos Ghosn États-Unis Renault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants