2 min de lecture Renault

Très amaigri, Carlos Ghosn se dit "faussement accusé" au tribunal de Tokyo

Le PDG de Renault a fait sa première apparition ce mardi depuis son arrestation surprise en novembre pour des malversations financières présumées. Devant le tribunal de Tokyo, il est sorti du silence.

Micro RTL générique Le journal RTL La rédaction de RTL
>
Les avocats de Carlos Ghosn se montrent pessimistes Crédit Image : JIJI PRESS / AFP | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

C'est vêtu d'un costume sombre et très amaigri que Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a fait sa première apparition publique mardi 8 janvier lors d'une comparution très attendue devant le tribunal de Tokyo. Arrivé menotté avec une corde nouée autour de la taille, celui qui est soupçonné de malversations financières a lu une déclaration écrite en anglais, et a livré sa version des faits. 

Carlos Ghosn affirme avoir été "faussement accusé et détenu de manière injuste". Rappelant avoir dédié "deux décennies de sa vie à relever Nissan et bâtir l'alliance", une entreprise qu'il dit aimer, il assure également avoir "agi avec honneur, légalement et avec la connaissance et l'approbation des dirigeants de la compagnie". De son côté, le juge a expliqué que si l'homme d'affaires était toujours en prison, c'était en raison d'un risque de fuite.

Devant plusieurs centaines de journalistes au Foreign Correspondents' Club de Tokyo, son avocat Motonari Otsuru a eu du mal à cacher son pessimisme ce mardi : "Nous allons demander une mise en liberté avant la fin de la journée. On ne sait pas si le procureur décidera d'une nouvelle accusation vendredi, mais honnêtement dans un cas pareil, il devrait y avoir un nouveau mandat d'arrêt". Le magistrat a également évoqué la possibilité d'altération de preuves pour justifier la garde à vue prolongée du magnat de l'automobile. 

Une inculpation, trois gardes à vue

Carlos Ghosn pourrait être mis en examen vendredi pour abus de confiance aggravé et le procureur trouvé un autre chef d'inculpation, pour le maintenir en détention jusqu'à son procès.

À lire aussi
Nouvelle Renault CLIO auto
Salon de Genève 2019 : la Clio 5 remporte le "Prix RTL-Auto Plus-Turbo"

Le PDG de Renault a été mis en examen le 10 décembre dernier pour dissimulation aux autorités boursières d'une partie de ses revenus perçus chez Nissan : environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) sur cinq années, de 2010 à 2015. 

À l'issue de cette première garde à vue, il a fait l'objet d'un nouveau mandat d'arrêt pour une minoration similaire d'émoluments, mais cette fois entre 2015 et 2018, puis d'un troisième, pour abus de confiance. Il est notamment accusé d'avoir effectué des virements d'un compte de Nissan au bénéfice d'un ami saoudien qui lui-même nie toute malversation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Renault Japon Nissan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796158505
Très amaigri, Carlos Ghosn se dit "faussement accusé" au tribunal de Tokyo
Très amaigri, Carlos Ghosn se dit "faussement accusé" au tribunal de Tokyo
Le PDG de Renault a fait sa première apparition ce mardi depuis son arrestation surprise en novembre pour des malversations financières présumées. Devant le tribunal de Tokyo, il est sorti du silence.
https://www.rtl.fr/actu/international/carlos-ghosn-affirme-avoir-agi-avec-l-approbation-des-dirigeants-de-nissan-7796158505
2019-01-08 03:33:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/C3VrlcbFoU3mIrjNgEk2hw/330v220-2/online/image/2019/0108/7796158788_carlos-ghosn-assistant-a-l-audience-devant-le-tribunal-de-tokyo-le-08-01-19.jpg