3 min de lecture Burkina Faso

Burkina Faso : ce que l'on sait sur les attaques terroristes à Ouagadougou

ÉCLAIRAGE - Vers 11 heures du matin, des hommes armés ont attaqué trois lieux de la capitale burkinabé : l'ambassade de France, l'Institut français et l'état-major. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "tentative d'assassinat terroriste".

Des attaques terroristes ont été perpétrés vendredi 2 mars 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso
Des attaques terroristes ont été perpétrés vendredi 2 mars 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso Crédit : Ahmed OUOBA / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
et La rédaction numérique de RTL

Le Burkina Faso est une nouvelle fois victime du terrorisme. Le Premier ministre burkinabé, Paul Kaba Thiéba a décrit samedi 3 mars des "scènes apocalyptiques", au lendemain de la double attaque menée contre l'état-major des forces armées du pays et l'ambassade de France à Ouagadougou. Le dernier bilan communiqué samedi fait état de huit morts parmi les militaires.

"Ce que j'ai vu ici, c'était vraiment des scènes apocalyptiques et je voudrais dans un premier temps m'incliner devant la mémoire de nos braves soldats tombés (...) les armes à la main", a déclaré Kaba Thiéba après une visite au siège de l'état-major visé par une attaque la voiture piégée. Le Premier ministre burkinabé a "condamné avec la dernière rigueur cet attentat terroriste, lâche, qui s'attaque à notre pays, encore une fois et qui sème la mort, la désolation inutilement".

Scènes de chaos

Vendredi 2 mars, vers 11 heures du matin, des individus ont ouvert le feu dans la rue en se dirigeant vers l'ambassade de France à Ouagadougou. Des explosions ont également été constatées aux abords de l'Institut français et de l'état-major des armées burkinabé. Après environ cinq heures, la situation a été maîtrisée à l'ambassade de France où 4 assaillants ont été neutralisés, selon le ministre de l'Information

À lire aussi
Des militaires burkinabé devant l'état-major des armées à Ouagadougou après les attaques terroristes survenues vendredi 2 mars 2018 Burkina Faso
Attentats à Ouagadougou : les assaillants ont-ils bénéficié d'une aide dans l'armée ?

À l'état-major, à côté de l'Institut français, "il y a eu une attaque à l'explosif qui a détruit un pan" du bâtiment. Deux assaillants y ont été neutralisés, tandis que "la sécurisation continue pour l'instant", a-t-il indiqué, puisque "des explosifs ont été déposés par les assaillants", selon Jeune Afrique. En tout, neuf terroristes ont été tués selon une source gouvernementale.

Pas de victimes françaises

Sept membres des forces de l'ordre burkinabé ont été tués et 12 blessés sont en état d'urgence absolue, selon les bilans officiel et de source française. Aucun ressortissant français n'a été tué ou blessé. Neuf assaillants ont été tués au cours des attaques.

Il s'agit d'une attaque terroriste

Remis Fulgance Dandjinou, porte-parole du gouvernement burkinabè
Partager la citation

"Il s'agit d'une attaque terroriste, liée à un courant ou un autre (...) des mouvements terroristes dans le Sahel", "ou à d'autres acteurs qui sont pour une déstabilisation ou une situation de blocage de notre avancée démocratique", a déclaré samedi matin Remis Fulgance Dandjinou, porte-parole du gouvernement burkinabè.

Paris ouvre une enquête pour "tentative d'assassinat terroriste"

Directement prise pour cible dans cet attentat à travers le choix de son ambassade, la France ouvre une enquête pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Les investigations ont été confiées à la Direction générale des services intérieurs (DGSI) et aux policiers de la Sous-direction antiterroriste (Sdat).

Le Burkina Faso, cible récurrente du terrorisme

Les attaques ont été revendiquées par le GSIM. Dès mi-septembre 2017, l'auteur de L'État islamique, le fait accompli, Wassim Nasr prévenait d'une vidéo dans laquelle le chef d'al-QaïdaAyman al-Zawahirimenaçait directement la France à Ouagadougou.

La capitale du Burkina a été ces dernières années à plusieurs reprises la cible d'attaques jihadistes visant des cibles fréquentées par les Occidentaux, et les attaques de groupes jihadistes contre des représentants de l'État (gendarmeries, écoles notamment) sont régulières dans le nord du pays, frontalier des zones instables du Mali.

Le 13 août dernier, deux assaillants avaient ouvert le feu sur un café-restaurant hallal, le Aziz Istanbul, situé sur la principale avenue de la capitale, faisant 19 morts et 21 blessés. L'attaque n'a pas été revendiquée.

Le 15 janvier 2016, trente personnes, dont six Canadiens et cinq Européens, avaient été tuées lors d'un raid jihadiste contre l'hôtel le Splendid et le restaurant Cappuccino dans le centre de Ouagadougou. L'assaut, donné par les forces burkinabé soutenues par des militaires français, avait duré une douzaine d'heures et l'attaque avait été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui l'attribue au groupe jihadiste Al-Mourabitoune.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Burkina Faso Terrorisme Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792478838
Burkina Faso : ce que l'on sait sur les attaques terroristes à Ouagadougou
Burkina Faso : ce que l'on sait sur les attaques terroristes à Ouagadougou
ÉCLAIRAGE - Vers 11 heures du matin, des hommes armés ont attaqué trois lieux de la capitale burkinabé : l'ambassade de France, l'Institut français et l'état-major. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "tentative d'assassinat terroriste".
https://www.rtl.fr/actu/international/burkina-faso-ce-que-l-on-sait-sur-les-attaques-terroristes-a-ouagadougou-7792478838
2018-03-02 17:14:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/jBfREOGnPMtD-r-TTCGGdg/330v220-2/online/image/2018/0302/7792478880_des-attaques-terroristes-ont-ete-perpetres-vendredi-2-mars-2018-a-ouagadougou-au-burkina-faso.jpg