2 min de lecture Royaume-Uni

Brexit : on risque une "confrontation brutale" si Boris Johnson remplace Theresa May

Le potentiel nouveau Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, partisan du Brexit, multiplie les déclarations agressives vis-à-vis de l’Europe.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Boris Johnson, en lice pour succéder à Theresa May menace l'Europe avec une dette de 40 milliards Crédit Image : Daniel LEAL-OLIVAS / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Joanna Wadel

Cette semaine commence le processus de sélection du chef du parti conservateur britannique, qui sera automatiquement Premier ministre en juillet prochain. Et ce week-end même, le favori, Boris Johnson, a prévenu : s’il accède au pouvoir, son pays quittera l’Europe le 31 octobre prochain et ne paiera pas la facture du Brexit, sauf si l’Europe consent au Royaume-Uni de meilleures conditions de départ.

Il s'agit d'un montant considérable, 40 à 45 milliards d’euros, que Londres doit régler au budget de Europe, au terme des longues négociations qui ont été conduites ces trois dernières années. Cette somme correspond aux programmes communautaires pour lesquels le Royaume-Uni a donné son accord, du temps où il était membre. 

Comme par exemple, les fonds structurels des prochaines années, qui vont soutenir les régions d’Europe les plus défavorisées. Mais aussi les retraites des fonctionnaires européens britanniques, qui vont quitter Bruxelles bien évidemment, et se verront à la charge du gouvernement britannique.

L'accès au marché unique en jeu

À lire aussi
L'ancien maire conservateur de Londres Boris Johnson Royaume-Uni
Boris Johnson : qu'est-ce que l'affaire de la "scène de ménage" ?

Mais en principe, le Royaume-Uni n'a absolument pas le choix de s'acquitter du remboursement, sans quoi ce serait aux autres pays, la France notamment, de payer ces quarante milliards. Un comble. 

En réalité, Boris Johnson veut faire levier de cette dette, probablement pour garantir au Royaume Uni un accès au marché unique. "Si vous ne me donnez pas le droit d’exporter sans taxe les produits britanniques, je ne paierai pas". Une forme de chantage qui présage d’un changement de climat pour le Brexit.

Un négociateur offensif comparé à Theresa May

Si Boris Johnson accède au pouvoir, ce qui est probable, les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne vont se durcir. Theresa May, Premier ministre sortant, était peu ou prou entrée dans la logique européenne des négociations de sortie, pilotées, en Europe, par le Français Michel Barnier. Négociations laborieuses certes, mais cadrées, parce que ce dernier avait agité le spectre d’un Brexit sans accord, pour faire rentrer les Anglais dans le rang. Avec ce nouveau Premier ministre, on peut en revanche se trouver dans une confrontation brutale.

Boris Johnson, un "Trump britannique" sans le sens des affaires

Boris Johnson a été journaliste, correspondant a Bruxelles, maire de Londres, et le voilà désormais parlementaire conservateur. Il a été l’un des chefs de file de la campagne pour le Brexit, lors du référendum de 2016. Ce dernier est réputé paresseux et surtout gaffeur. 
Par ailleurs, lui qui s'était exprimé au micro de RTL il y a quelques mois, a écrit une biographie de Winston Churchill.

Il a également été un ministre des affaires étrangères calamiteux, jusqu’à l’année dernière. En fait, c’est une sorte de "Trump britannique", mais sans le sens des affaires du milliardaire de l’immobilier. Le Président américain, qui était à Londres la semaine dernière, en a d’ailleurs fait grand compliment, en évoquant avec lui la perspective d’un accord commercial entre l’Angleterre et les États Unis.

Un accord avec Donald Trump pour se passer de l'Europe

C’est le plan des Brexiters depuis le début : faire du Royaume-Uni, grâce à des conditions fiscales et sociales très avantageuses pour les entreprises, une sorte de Singapour de l’Atlantique. Une plateforme exportant en Asie et en Amérique, en tournant le dos à l’Europe. 

Boris Johnson a mentionné tout récemment son programme fiscal dans une interview. Il ressemble à s’y méprendre à celui de Donald Trump, avec une forte baisse d'impôts pour les contribuables les plus riches. Entre l’Europe et le grand large, nous choisirons toujours le grand large : ces mots de Churchill, qui datent de plusieurs décennies, vont probablement retrouver une certaine actualité. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Économie Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797817361
Brexit : on risque une "confrontation brutale" si Boris Johnson remplace Theresa May
Brexit : on risque une "confrontation brutale" si Boris Johnson remplace Theresa May
Le potentiel nouveau Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, partisan du Brexit, multiplie les déclarations agressives vis-à-vis de l’Europe.
https://www.rtl.fr/actu/international/brexit-on-risque-une-confrontation-brutale-si-boris-johnson-remplace-theresa-may-7797817361
2019-06-11 10:40:48
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3BmQtXZ65Y_w3xdEnntvRQ/330v220-2/online/image/2019/0611/7797817499_le-conservateur-britannique-boris-johnson-le-7-juin-2019.jpg