2 min de lecture Brexit

Brexit : ce qui va changer pour vous

DÉCRYPTAGE - Le Brexit interviendra vendredi 31 janvier à minuit. Concrètement, qu'est-ce qui va changer pour vous au 1er février?

Des voyageurs attendant devant le terminal de l'Eurostar à la Gare du Nord à Paris
Des voyageurs attendant devant le terminal de l'Eurostar à la Gare du Nord à Paris Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et La rédaction numérique de RTL

Big Ben va-t-il sonner le glas des relations franco-britanniques ? Rien n'est moins sûr. Alors que le Brexit s’appliquera vendredi 31 janvier à minuit, quid du 1er février au matin ? Touristes, travailleurs, résidents, qu'est-ce qui va changer pour vous concrètement ? Les citoyens européens vivant ou comptant simplement se rendre au Royaume-Uni doivent-ils s'inquiéter ? Pas vraiment. Du moins pour le moment. 

À court terme, jusqu'au 31 décembre 2020 précisément, rien ne bouge en effet pour les citoyens. Comme le rappel le site Brexit.gouv.fr, "la période de transition définie par l’accord de retrait garantit que, pendant l’année 2020, rien ne change pour les particuliers et les entreprises".

Pendant cette période de transition, prévue dans l'accord pour couvrir le temps des négociations, le Royaume-Uni est encore considéré par l'UE comme un État membre, sauf au niveau des institutions européennes. 

La liberté de circulation s'appliquera ainsi jusqu'à fin décembre 2020. Si Boris Johnson a, par le passé, déclaré vouloir s'attaquer à la libre circulation des biens et des personnes, tout reste encore à négocier entre Londres et Bruxelles

S'enregistrer comme résident pour garder ses droits

Pour rappel, 2,9 millions de ressortissants des 27 pays de l'UE vivent au Royaume-Uni, soit quelque 4,6% de la population. Les expatriés installés de part et d'autre de la Manche avant la fin de la période de transition conserveront donc leurs droits de résider et de travailler dans leur pays d'accueil. 

À lire aussi
Emmanuel Macron à Angoulême, le 30 janvier 2020. union européenne
Brexit : Macron n’est "pas sûr qu'on aura un accord global d'ici la fin année"

Pour autant, les citoyens européens résidant au Royaume-Uni doivent s’enregistrer pour bénéficier de ces droits. Le temps de la transition, l'accord stipule bien que les citoyens concernés garderont les mêmes droits en matière de santé, de retraite, de prestations sociales, de regroupement familial et d’accès au travail et à l'éducation.

Pour les Britanniques vivant dans l'UE, les procédures diffèrent d'un pays à l'autre. 

Pour les touristes, pas de visa exigé

Le Brexit n'imposera aucune nouvelle formalité aux touristes qui entreront ou sortiront du Royaume-Uni en 2020. Le Royaume-Uni prévoit dès lors d'offrir les mêmes droits que l'Union européenne en cas de refus d'embarquement, d'annulation ou de retard important de vol, train, bus ou bateau. Une carte d'identité en cours de validité suffira, aucun visa ne sera exigé.

Comme l'explique Tourhebdo, avant même l'accord passé en octobre dernier, la "connectivité de base du transport aérien" a été étendue jusqu'au 24 octobre 2020, en cas de Brexit sans accord afin que les compagnies aériennes britanniques continuent à opérer sans rupture dans leurs plannings. 

En ce qui concerne l'Eurostar, les agréments et licences de l'opérateur ferroviaire ont été prolongés, le temps de trouver un nouvel accord. Pas de rupture en vue donc, si vous comptez vous rendre outre-manche cette année.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Royaume-Uni Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants