1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Belgique : pourquoi le nombre d'étudiants français qui étudient la médecine pourrait diminuer ?
2 min de lecture

Belgique : pourquoi le nombre d'étudiants français qui étudient la médecine pourrait diminuer ?

Aujourd'hui, 30% des étudiants en médecine en Belgique francophone sont étrangers. Une réforme en cours devrait changer la donne.

Illustration concours d'entrée en faculté (flamande) de médecine à Dilbeek, en Belgique, le 28 aout 2020
Illustration concours d'entrée en faculté (flamande) de médecine à Dilbeek, en Belgique, le 28 aout 2020
Crédit : JAMES ARTHUR GEKIERE / BELGA / AFP
Belgique : pourquoi le nombre d'étudiants français qui étudient la médecine pourrait diminuer ?
00:01:59
Robin Lemoine

La Belgique francophone est l’une des régions les plus prisées pour son cursus en médecine par les étudiants et notamment français. Mais peut-être plus pour longtemps car le gouvernement francophone envisage de réduire la part d’étudiants étrangers que les universités belges peuvent former de 30 à 15%. Pourquoi de nombreux étudiants décident de partir en Belgique pour réaliser leur cursus en Belgique ? 

Alors la raison principale est assez compréhensible. En France pour entrer en médecine, vous devez passer un concours très sélectif où vous devez avoir une très bonne note. Alors qu’en Belgique francophone, jusqu’ici, les candidats passent un examen, certes exigeant, mais doivent simplement obtenir plus que la moyenne pour accéder au cursus. Une entrée plus simple qui a convaincu plus de 3.000 étudiants français à tenter leur chance l’année dernière. 

Aujourd’hui la moitié des candidats à l’examen ne sont pas belges et chaque année les francophones constituent environ 30% de médecins étrangers. Et autant dire que cela pose un véritable problème pour le pays, qui voit chaque année, des médecins qu’il forme avec son argent repartir dans leur pays d’origine.

Un concours en 2023

C’est donc la raison de cette réflexion qui viserait à réduire la part des étudiants étrangers dans les cursus de médecine. Le but serait de limiter le risque de pénurie lié à des praticiens qui quittent le territoire au terme de leurs études, et ne contribuent donc pas au système de santé belge. 

À lire aussi

Mais il faut savoir que la réforme ne s’arrête pas là. Aujourd’hui ce qui est quasiment certain c’est qu’à partir de 2023 l’examen belge sera remplacé par un concours. Dorénavant, seuls ceux ayant obtenu les meilleures notes seront acceptés. L’entrée sera donc plus difficile, plus sélective et un numerus clausus sera défini. 

Alors pourquoi un tel changement ? Parce que les francophones diplôment trop de médecins par rapport à l’estimation faite par le pouvoir fédéral de leur besoin. Ce qui a le don de crisper depuis de nombreuses années le gouvernement flamand qui lui respecte  l’estimation qui lui est accordée. 

Avec ce nouveau système, les francophones devraient donc se conformer au contrat. Mais autant dire qu’il est probable que tout cela marque la fin de l’eldorado belge pour les étudiants venus de France et d’ailleurs.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire