1 min de lecture États-Unis

Barack Obama critique ceux qui jugent les autres sur les réseaux sociaux

Juger le comportement ou les propos d'un tiers, sur les réseaux sociaux notamment, est devenu monnaie courante. Pour l'ancien président américain cette tendance est loin d'être productive et ne permet pas de faire évoluer le monde.

Barack Obama à berlin, le 6 avril 2019
Barack Obama à berlin, le 6 avril 2019 Crédit : John MACDOUGALL / AFP
cassandre
Cassandre Jeannin Journaliste

Barack Obama s'offusque contre la "call-out culture". Cette nouvelle tendance consiste à dénoncer publiquement des comportements ou des propos de certaines personnes sur les réseaux sociaux notamment. Lors d'un discours prononcé mardi 29 octobre à Chicago, l'ancien président a remis en cause cette culture qui vise à juger les autres. 


"Cette idée de la pureté, de ne jamais faire de compromis et qu'on devrait être toujours politiquement éveillé, on devrait rapidement s'en passer", a-t-il déclaré au sommet de la Fondation Obama. "J'ai parfois l'impression, chez certains jeunes, et ça s'est accéléré avec les réseaux sociaux, qu'être critique à l'égard des autres est la façon dont chacun créé le changement, et ça suffit", a-t-il ajouté. 

"Par exemple, si je poste un tweet ou créé un hashtag sur ce que quelqu'un a fait de mal, (...) je vais être plutôt content de moi et me dire : 'Mon gars, tu as vu à quel point je suis éclairé ? Je t'ai montré du doigt'", illustre-t-il. "Ce n'est pas vraiment de l'activisme. Ce n'est pas comme ça qu'on fait changer les choses. Si vous ne faites que jeter la pierre, vous n'irez sûrement pas très loin", a conclu l'ancien chef d'État. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Barack Obama Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants