1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Aux États-Unis, un test ADN ultra-rapide pour révolutionner les enquêtes criminelles
2 min de lecture

Aux États-Unis, un test ADN ultra-rapide pour révolutionner les enquêtes criminelles

Cette nouvelle machine de la taille d'un ordinateur permet d'analyser des prélèvements ADN en moins de deux heures contre quelques jours, une semaine ou un mois selon les cas actuellement. Mais ce nouveau système soulève des questions éthiques.

Un scientifique effectue un prélèvement ADN (Illustration).
Un scientifique effectue un prélèvement ADN (Illustration).
Crédit : Andrew Brookes / Cultura Creative
États-Unis : une nouvelle machine permet d'analyser l'ADN en moins de 2 heures
03:12
États-Unis : une nouvelle machine permet d'analyser l'ADN en moins de 2 heures
03:13
Philippe Corbé - édité par Arièle Bonte

C'est un nouvel appareil qui pourrait révolutionner les enquêtes criminelles. On sait par exemple à quel point les tests génétiques ont bouleversé les investigations, sur une scène de crime. Cette technique a permis d’identifier plus vite de nombreux criminels, et a donc également évité aussi qu’ils commettent d’autre crimes.

Problème : ces tests prennent du temps. Il faut collecter soigneusement les traces d’ADN, les sceller, les envoyer à un laboratoire. Là, en fonction de l’urgence, de l’importance de l’affaire, de l’embouteillage d’affaires et de tests à mener, les résultats peuvent mettre des jours, des semaines, voire plus d’un mois dans certains états américains.

Mais dans le pays, des policiers et policières expérimentent un nouvel appareil de la taille d’un ordinateur. Il coûte entre 30.000 et 150.000 dollars (environ 27.000 à 133.000 euros) et s’appelle ADN Rapide. Comme son nom l’indique, cette machine permet d’analyser l’ADN plus rapidement, en moins de deux heures plus précisément.

Une technique qui a déjà fait ses preuves

Par exemple, après l'interpellation d'un suspect, les policiers peuvent passer un simple coton tige à l’intérieur de sa joue et rentrer le prélèvement dans la machine, elle même connectée à la base de données ADN nationale. Le procédure n'est pas simple mais le président Donald Trump a signé la loi qui était nécessaire à sa mise en place.

À lire aussi

L'usage d'ADN Rapide a déjà permis d’élucider plus rapidement des affaires. C’est aussi comme cela que les victimes du terrible incendie de Paradise, qui a eu lieu en Californie en novembre, ont été identifiées à partir de simples lambeaux de peau.

Une machine qui soulève des questions éthiques

Tellement efficace, ce système pose des questions éthiques, sur les tests génétiques. Des questions sur nos libertés d'abord. Car comme il est plus rapide d’obtenir les résultats des tests, les forces de l'ordre utilisent plus facilement ces tests ADN sur un suspect. Des spécialistes craignent qu’il y ait des abus, du profilage, qu’on prélève l’ADN d’individus sans raisons, en raison de leur couleur de peau, juste pour voir dans la base s’ils ne sont pas recherchés.

Autre problème : certaines unités de police conservent une sorte de fichier local de ces individus, même s’ils n’ont commis aucun crime.

Par ailleurs, est-ce que ces tests, menés sur le terrain par des enquêteurs, seront aussi précis que d’autres menés par des experts de la police scientifique, dans les laboratoires ? Est-ce que des criminels ne vont pas ainsi passer entre les mailles du filet, si les protocoles ne sont pas bien respectés ?

Enfin, cette technique pourrait aussi permettre de disculper plus rapidement. Imaginez : vous êtes arrêté dans une affaire de crime sexuel, vous êtes suspecté, mais vous savez que vous êtes innocent, vous préférerez que la vérité éclate en deux heures plutôt qu’en deux semaines ou en deux mois. C’est votre honneur qui est en jeu.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/