1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats à Bruxelles : l'Europe est-elle touchée à travers ces attaques terroristes ?
5 min de lecture

Attentats à Bruxelles : l'Europe est-elle touchée à travers ces attaques terroristes ?

ÉCLAIRAGE - À 8 heures, l'aéroport de Bruxelles a été touché par une double explosion. Une heure plus tard, une autre explosion a éclaté dans le métro du quartier européen, ce mardi 22 mars.

Les secours interviennent dans les rues bruxelloises le 22 mars 2016
Les secours interviennent dans les rues bruxelloises le 22 mars 2016
Crédit : Virginia Mayo/AP/SIPA
Marie-Pierre Haddad

Après l'aéroport de Bruxelles, c'est le cœur de la ville qui est touché par une attaque terroriste. La station de métro Maelbeek a été frappée par une attaque terroriste. Selon Françoise Ledune, porte-parole du métro bruxellois, il s'agit de l'explosion "d'une rame à quai". "Il y a des blessés. Il y a des morts. Je ne sais pas combien", a dit le policier, qui escortait une femme dans le périmètre de sécurité. 

Selon un bilan provisoire rapporté par les médias belges, ces attentats ont fait au moins 28 morts et 90 blessés. Le procureur du roi a annoncé que l'explosion à l'aéroport était un attentat suicide. En réaction aux événements, le ministère des Affaires étrangères a conseillé de "limiter les déplacements", dans la capitale belge. Une cellule de crise a été ouverte au 01.45.80.00. 

C'est toute l'Europe qui est frapée

François Hollande

Avec ces attaques, c'est "le cœur de l'Union européenne" qui est touché, a déclaré Bernard Cazeneuve à l'issu de la réunion d'urgence organisée par François Hollande, en présence de Manuel Valls et Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. François Hollande a aussi partagé sa peine, à la suite des attentats en déclarant que c'est "toute l'Europe qui est frappée". L'Europe doit prendre "les dispositions indispensables face à la gravité de la menace", a ajouté le président de la République soulignant que "la France qui a été elle-même attaquée en janvier et novembre dernier y prend toute sa part". Et pour cause, d'un point de vue géographique, le quartier où se trouve la station de métro Maelbeek est entouré des institutions européennes, à savoir la Commission européenne et le Parlement européen.

La rédaction vous recommande

Les mesures de sécurité prises en Europe

En France, des mesures de sécurité renforcées ont été mises en place dans les aéroports. "Le dispositif de prévention et de sécurisation est en cours de déploiement sur chacun des huit terminaux de l'aéroport" Roissy-Charles-de-Gaulle et dans ses deux gares, "avec contrôles des trains en provenance de Bruxelles et mobilisation d'équipes cynophiles", a expliqué une source aéroportuaire. Bernard Cazeneuve a déclaré : "Ce matin, dès les attaques de Bruxelles connues, j'ai décidé de déployer 1.600 policiers et gendarmes supplémentaires, en différents points du territoire, à la fois sur les contrôles aux frontières mais également dans les infrastructures de transport aérien, maritime et ferroviaire".

À lire aussi

Le gouvernement néerlandais annonce prendre, "par précaution, des mesures supplémentaires", a indiqué le NCTV sur son site internet. "Cela signifie des patrouilles supplémentaires par la gendarmerie à Schiphol (aéroport, NDLR), Rotterdam et Eindhoven ainsi que des contrôles aux frontières renforcées à la frontière sud". Le NCTV "suit la situation de très près, a-t-il ajouté, mais il n'y a pour l'instant aucune raison d'adapter le niveau d'alerte" dans le pays. Le ministère de la Justice a également décidé d'augmenter la présence policière dans les grandes gares néerlandaises, selon l'agence de presse du pays, ANP.

Le premier ministre britannique, David Cameron, a déclaré que "nous ne laisserons jamais ces terroristes gagner (...) Nous faisons face à une menace terroriste très concrète à travers les différents pays européens et nous devons l'affronter par tous les moyens". "À Londres, la Metropolitan Police a mobilisé des agents supplémentaires, qui effectueront des patrouilles très visibles à des endroits névralgiques de la capitale, y compris dans le réseau de transport", a expliqué le chef de la section antiterroriste de la police britannique, Mark Rowley. L'aéroport londonien de Gatwick a annoncé avoir mis en place des mesures de sécurité renforcées "en raison des terribles incidents à Bruxelles". Le niveau d'alerte de sécurité fixé à "grave" depuis août 2014, le quatrième niveau sur une échelle de 5, a été maintenu à ce niveau. 

Des attaques qui interviennent après l'arrestation de Salah Abdeslam

Les attaques terroristes à Bruxelles interviennent quatre jours après l'arrestation de Salah Abdeslam. Le premier ministre belge a expliqué, lors d'une conférence de presse n'avoir "aucune information sur cela". De son côté, l'écrivain et journaliste Mohamed Sifaoui explique à l'antenne de RTL que "si l'attentat terroriste se confirme, cela ne représente pas une surprise. Contrairement à ce qu'on a pu croire, le réseau du 13 novembre n'a pas été démantelé". Il poursuit en expliquant qu'on parlait de "Najim Laachraoui, qui est un complice à la fois de Salah Abdeslam et de ceux qui ont gravité autour du réseau du 13 novembre. C'est quelqu'un qui est formé en Syrie et qui a joué, à l'évidence un rôle d'artificier. Ce n'est pas un hasard, l'enquête le démontrera probablement, si c'est plutôt l'utilisation de bombes artisanales qui est aujourd'hui évoquée". 

Le procureur de Belgique a depuis confirmé que l'explosion dans l'aéroport était vraisemblablement la cause d'un attentat-suicide. "Les enquêteurs estiment que ces attentats étaient en gestation depuis un mois, au moment où la cellule terroriste s'est reformée autour de Salah Abdeslam", explique Jean-Alphonse Richard, chef du service police-justice de RTL. Cependant, les policiers de l'antiterrorisme estiment que l'opération a pu être accélérée avec l'arrestation du terroriste. 

La rédaction vous recommande

François Hollande appelle à l'unité "la plus indispensable"

Ces attaques font écho à celles qui ont touché Paris le 13 novembre dernier. Des attentats quasi simultanés avaient été perpétrés dans les Xe et XIe arrondissements de Paris, au Bataclan et à Stade de France à Saint-Denis. Le dessinateur du Monde, Plantu, a fait un parallèle dans un dessin montrant le soutien de la France envers la Belgique. François Hollande a réagi et a tenu à rappeler que "Nous devons veiller plus que jamais à notre unité, au plan européen, au plan mondial" mais "l'unité la plus indispensable, elle est au plan national et chacun doit avoir conscience que dans cette période, nous devons être dans le rassemblement, dans la cohésion et aussi dans la solidarité", a-t-il déclaré à l'Élysée en marge d'une réunion du conseil stratégique de l'attractivité. 

Le 15 novembre dernier, soit deux jours après les attentats au sein de la capitale française, François Hollande, avait demandé de l'aide concrète la part des pays voisins. "L'ennemi n'est pas un ennemi de la France. C'est un ennemi de l'Europe", déclarait le président de la République. Il avait invoqué l'article 42.7 du Traité de Lisbonne, pensé après les attentats de Madrid en 2004. Le texte stipule que "au cas où un État membre serait l'objet d'une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l'article 51 de la charte des Nations Unies. Cela n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/