1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentat à Stockholm : ce que l'on sait de l'attaque au camion
3 min de lecture

Attentat à Stockholm : ce que l'on sait de l'attaque au camion

ÉCLAIRAGE - Quatre personnes ont été tuées après qu'un camion fou a foncé sur la foule à Stockholm vendredi 7 avril. Les services de sécurité suédois ont qualifié l'événement d'"attentat".

Des passants observent derrière le cordon de sécurité mis en place après un attentat dans l'une des rues les plus fréquentées de Stockholm (Suède)
Des passants observent derrière le cordon de sécurité mis en place après un attentat dans l'une des rues les plus fréquentées de Stockholm (Suède)
Crédit : Odd ANDERSEN / AFP
Attentat à Stockholm ce que l'on sait de l'attaque au camion
01:55
Ludovic Galtier & AFP

Vendredi 7 avril, aux alentours de 13h, le chauffeur d'un véhicule lourd a écrasé des passants au niveau de la station de métro T-Centralen, au croisement d'une grande artère, Klarabergsgatan, et de la rue piétonne la plus fréquentée de Stockholm, Drottningsgatan. Selon la police suédoise, quatre personnes ont trouvé la mort et 19 autres ont été blesséesUn homme a été arrêté vendredi dans la soirée à Märsta, dans la banlieue nord de Stockholm, a précisé la police.

L'homme interpellé et soupçonné d'"acte terroriste" a été placé en garde à vue samedi. Il s'agit d'un Ouzbek de 39 ans, sympathisant de l'organisation État islamique, selon le quotidien Aftonbladet. Dans un premier temps soupçonné "d'homicides à caractère terroriste", l'individu serait en réalité le chauffeur du camion, selon la police suédoise. Arrêté dans la banlieue nord de Stockholm, l'homme était déjà connu des services de renseignement suédois.

"Un acte terroriste"

Le véhicule, qui avait été "volé à l'occasion d'une livraison à un restaurant", selon une porte-parole de l'entreprise de transports Spendrups, a terminé sa course dans un grand magasin. "Nous avons trouvé dans le véhicule un engin qui n'y a pas sa place", a déclaré lors d'une conférence de presse le responsable de la police suédoise, Dan Eliasson. "Nous ne pouvons pas dire ce que c'est à ce stade ... si c'est une bombe ou  un engin inflammable", a-t-il dit. Après l'attentat, le métro de Stockholm avait été entièrement fermé, mais le trafic a repris avec toutefois quelques perturbations. Plusieurs heures après l'attaque, une épaisse fumée s'élevait de ce lieu, entouré par la police d'un périmètre de sécurité. Des hélicoptères survolaient le centre-ville.
La première réaction politique nationale avait été signée du chef du gouvernement suédois, Stefan Löfven. Pour lui, il n'y a pas de doute, "la Suède a été attaquée et tout indique qu'il s'agit d'un acte terroriste." Le chauffeur du camion était activement recherché dans les heures qui ont suivi l'attaque.


"Nous n'avons pas de contact avec celui ou ceux qui conduisaient le véhicule", a déclaré le responsable policier de l'enquête, Dan Eliasson. La police a montré des images de vidéo-surveillance montrant un homme relativement jeune portant une capuche noire, filmé à proximité immédiate des lieux de l'attentat. En début de soirée, la police a affirmé qu'elle avait interpellé une personne, sans toutefois préciser son identité ni les soupçons qui pèsent sur elle.

Les réactions en Europe

À lire aussi

François Hollande a exprimé "son effroi et son indignation" dans un communiqué de l'Élysée, après l'attaque au camion fou qui a touché Stockholm cinq heures plus tôt. "La France exprime sa sympathie et sa solidarité aux familles des victimes et à tous les Suédois", déclare le chef de l'État, soulignant que "la lutte sans relâche contre le terrorisme doit être une priorité de la solidarité européenne".

Le porte-parole de la chancelière allemande Angel Merkel s'est exprimé sur l'attaque à Stockholm, affirmant que Berlin est aux côtés de la Suède "contre le terrorisme". Une attaque contre un pays de l'UE "est une attaque contre nous tous" a pour sa part affirmé Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

"Nos pensées sont avec le peuple suédois après les événements tragiques à Stockholm aujourd'hui", a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans un communiqué. "Une attaque contre tout Etat membre (de l'UE, ndlr) est une attaque contre nous tous", a-t-il précisé. 

Des similitudes avec les attentats de Nice, Berlin et Londres

Après Nice le 14 juillet 2016, Berlin le 19 décembre 2016, Londres le 22 mars 2017, Stockholm est à son tour le théâtre d'une attaque au camion fou. Le 22 mars, Khalid Masood, un Britannique de 52 ans converti à l'islam et connu des services de police, avait tué cinq personnes en fauchant des piétons en lançant sa voiture de location sur le trottoir du pont de Westminster qui enjambe la Tamise face à Big Ben, avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement. L'auteur de l'attaque, revendiquée par le groupe État islamique, avait été tué par la police.

En décembre, 12 personnes avaient été tuées lorsqu'un homme avait volé un camion pour foncer sur la foule massée sur un marché de Noël à Berlin. L'attaque la plus mortelles de ce type de ces derniers mois en Europe est celle de Nice du 14 juillet 2016, lorsqu'un camion a foncé dans la foule qui venait d'assister aux feux d'artifice de la fête nationale en France. L'attentat, là encore revendiqué par l'État islamique, avait fait 86 morts.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/