2 min de lecture Nice

Attaque à Nice : Macron s'est entretenu avec le président tunisien sur la migration clandestine

Emmanuel Macron s’est entretenu par téléphone avec son homologue tunisien Kais Saied sur la question de la migration clandestine au surlendemain de l’attentat terroriste à Nice qui a fait trois victimes.

Emmanuel Macron et le président tunisien Kais Saied lors d'une rencontre à l'Elysée le 22 juin 2020.
Emmanuel Macron et le président tunisien Kais Saied lors d'une rencontre à l'Elysée le 22 juin 2020. Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Après l’attentat terroriste à Nice, le président Emmanuel Macron s’est entretenu par téléphone avec son homologue tunisien Kais Saied sur la migration clandestine, samedi 31 octobre. 

Jeudi, Brahim Issaoui, un ressortissant tunisien de 21 ans, avait tué trois personnes dans la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption. L'assaillant présumé était arrivé clandestinement en Europe le 20 septembre dernier par l'île italienne de Lampedusa. Il avait ensuite rejoint la France la veille de l'attaque, d'après une source proche de l'enquête.

Emmanuel Macron et Kais Saied ont abordé "la question de la migration clandestine". Objectif : lutter plus efficacement contre ce phénomène "qui s'aggrave". Les échanges des dirigeants se sont également portés sur "les relations bilatérales" et "les actes terroristes que la France a connus" et qu'elle "subit toujours", explique un communiqué de la présidence tunisienne. 

Un attentat vivement condamné par les autorités tunisiennes

Cet entretien était aussi l’occasion pour le chef d'État tunisien de dénoncer "toutes les formes de violence et de terrorisme". Il "existe de nombreuses personnes qui se servent de l'islam pour recruter d'autres personnes dans le but non seulement d'offenser l'islam mais également de détruire les relations entre les peuples et les nations", détaille-t-on dans le communiqué de la présidence. 

À lire aussi
immigration
Coronavirus : le casse-tête des expatriés français bloqués au Québec

De son côté, le chef du gouvernement tunisien Hichem Mechichi a appelé samedi ses ministres de l'Intérieur et de la Justice à coopérer pleinement avec les autorités françaises dans l'enquête. Il a réitéré sa condamnation "totale et absolue" de cet acte "terroriste brutal et lâche" alors que les autorités tunisiennes ont d’ores et déjà décidé de lancer une enquête. 

Deux personnes interpellées en Tunisie

Selon Mohsen Dali, le substitut du procureur général au tribunal de première instance de Tunis, deux personnes ont été arrêtées vendredi. Ces interpellations ont été menées après la publication d'une vidéo sur les réseaux sociaux annonçant "la revendication" de l'attentat par une organisation inconnue. Les experts des mouvements djihadistes ont toutefois jugé que cette revendication n’était pas crédible. 

Les tentatives d’émigration illégales sont reparties à la hausse depuis 2017. En cause : l'instabilité politique et l’épidémie de coronavirus qui a entraîné une flambée du chômage.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nice Attentats Islamisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants