1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Allemagne : qui pour succéder à Angela Merkel ?
2 min de lecture

Allemagne : qui pour succéder à Angela Merkel ?

Les Verts et les Conservateurs ont chacun choisi le candidat qui les représentera lors des élections fédérales de septembre 2021.

À gauche, Armin Laschet, candidat du CDU/CSU ; à droite, Annalena Baerbock candidate des Verts
À gauche, Armin Laschet, candidat du CDU/CSU ; à droite, Annalena Baerbock candidate des Verts
Crédit : TOBIAS SCHWARZ / AFP / POOL ; ANNEGRET HILSE / POOL / AFP
Victor Goury-Laffont

Après 16 années d'Angela Merkel, l'Allemagne aura, dans les mois à venir, une nouvelle personne à la tête de son gouvernement. Des élections fédérales seront tenues le 26 septembre 2021 pour élire les nouveaux membres du Bundestag, assemblée parlementaire allemande, et conséquemment une nouvelle administration.

Les derniers sondages en cette fin avril donnent deux forces politiques en bonne position pour prendre les rênes de l'exécutif : les Verts, dans l'opposition, et le pouvoir sortant, fruit d'une alliance entre les chrétiens-démocrates et les chrétiens-sociaux (CDU/CSU).

Tous deux ont nommé tout récemment leur champion pour porter leurs couleurs au mois de septembre. Côté Vert, Annalena Baerbock a été proposée comme candidate par le bureau fédéral du parti, une nomination qui devrait être confirmée en juin lors du congrès du parti. Pour ce qui est de la CDU/CSU, Armin Laschet est sorti vainqueur d'une course disputée.

Armin Laschet, candidat contesté

Centriste, sexagénaire, catholique pratiquant, ancien ministre et actuellement à la tête de l'État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Armin Laschet ne fait pas forcément office de candidat naturel pour la droite allemande. En janvier 2021, cet ancien journaliste prend la tête du l'Union chrétienne-démocrate, prenant ainsi la suite d'Annegret Kramp-Karrenbauer, communément surnommée "AKK" et qui, longtemps, était vue comme la successeuse naturelle d'Angela Merkel.

À écouter aussi

Deux options étaient finalement présentées aux conservateurs allemands : Armin Laschet et le dirigeant du l'Union chrétienne-sociale, Markus Söder. Les différentes études d'opinion montraient que le second était en meilleure position pour remporter les élections du mois de septembre. En dépit de cela, celui-ci s'est engagé à soutenir "sans rancune et de toute ses forces" le candidat de la CDU dans sa course à la chancellerie.

Fidèle à la chancelière sortante, le dirigeant d'Allemagne de l'Ouest s'était malgré tout montré critique à son égard dans la gestion de la crise sanitaire. Alors qu'Angela Merkel proposait une "pause" du pays lors du week-end de Pâques pour lutter contre la Covid-19, Armin Laschet avait affirmé que la proposition, finalement abandonnée, "était une erreur sous cette forme" et "n'était pas applicable de cette manière". 

Parlant couramment le français, celui-ci "maintient des contacts proches avec la politique française", explique le média allemand DW, et est même le "représentant pour les relations culturelles franco-allemandes" depuis 2019.

Annalena Baerbock, la plus jeune chancelière ?

La candidate des Verts, Annalena Baerbock, a elle été proposée par son parti sans opposition particulière. D'apparence, sa tâche paraît presque impossible : au cours 71 années passées depuis 1949 et la fondation de la République fédérale d'Allemagne, l'Union chrétienne-démocrate a été au pouvoir 51 ans.

Pourtant, cette juriste, experte du droit internationale, a des raisons d'y croire. Depuis plusieurs mois, son parti dispose d'une tendance favorable. Début février, un sondage INSA donnait les Conservateurs en tête avec 34,5% des voix, et les Verts loin derrière, avec 17,5% des suffrages seulement. La toute dernière étude de ce même institut, publiée le 20 avril donne l'alliance CDU/CSU à 27%, cinq points seulement devant le mouvement écologiste.

Âgée de 40 ans, Annalena Baerbock pourrait devenir la plus jeune chancelière de l'histoire d'Allemagne. En dehors de la politique, cette diplômée de la London School of Economics a déjà connu la réussite, remportant trois médailles de bronze aux championnats d'Allemagne de trampoline. Prônant une politique du consensus, elle avait participé aux négociations pour une alliance entre les Libéraux, les Conservateurs et les Verts dans un parlement divisé en 2017 et se présente parmi les "pragmatiques" de son parti, en opposition aux "idéalistes". Son ambition : "une Allemagne au cœur de l’Europe" où "la protection du climat garantit la prospérité".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/