1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Algérie : "Un soulèvement populaire logique et massif", selon Alain Duhamel
1 min de lecture

Algérie : "Un soulèvement populaire logique et massif", selon Alain Duhamel

ÉDITO - Officiellement candidat à un cinquième mandat en Algérie, Abdelaziz Bouteflika doit faire face au soulèvement de son peuple.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika en novembre 2017
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika en novembre 2017
Crédit : RYAD KRAMDI / AFP
Algérie : "Un soulèvement populaire logique et massif" dit Duhamel
00:03:30
Algérie : "Un soulèvement populaire logique et massif" dit Duhamel
00:03:30
Alain Duhamel - édité par Quentin Marchal

La situation actuelle de l'Algérie pourrait être définie de burlesque si elle n'était pas tragique. L'entourage d'Abdelaziz Bouteflika veut faire représenter un président fantôme, faute de s'être mis d'accord sur le nom de son successeur. Depuis plus de cinq ans, aucun électeur ou citoyen algérien n'a parlé au président Bouteflika, un président invisible aux yeux de son peuple.

Avec l'officialisation d'une cinquième candidature, le pays a été marqué par un soulèvement populaire qui est logique et massive mais qui reste à la fois pacifique et disciplinée jusqu'à présent.

Ce soulèvement apparaît bien loin des heures, pas si lointaines, où Bouteflika était encore populaire. Il avait alors la légitimité du combat de l'indépendance et le fait d'avoir été un ministre des Affaires Étrangères brillant, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Son image libérale et moderne a été remplacé par un régime sclérosé, corrompu, bureaucratique et inefficace. 

La France ne prend pas position

L'entourage de Bouteflika est aujourd'hui incapable de se mettre d'accord. Beaucoup d'intérêts financiers concernant le pétrole et le gaz sont en jeu entre son clan d'un côté, qui tient les politiques, les partis et les syndicats et de l'autre les généraux qui tiennent la sécurité.

À lire aussi

Ce système est comparable à celui de Franco en Espagne où un dictateur vieillissant et mourant est maintenu artificiellement en vie le temps qu'une solution soit trouvée.

Dans ce contexte hostile, la France ne prend aucune position face à la situation et la règle d'or reste : "Ingérence interdite, indifférence impossible". Ingérence interdite car on sait très bien que si l'on exprimait le moindre désir ou le moindre encouragement, le pouvoir en place en profiterait pour se retourner contre la France et indifférence interdite car il y a 900.000 binationaux en France et près de 3 millions de descendants d'Algériens. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/