1 min de lecture Algérie

Algérie : "Un président intérimaire" pourrait régler la crise, dit l'ancien premier ministre

INVITÉ RTL - Ali Benflis, ancien premier ministre algérien, dénonce l'impossibilité actuelle d'organiser des élections présidentielles démocratiques.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Algérie : "un président intérimaire" peut régler la crise présidentielle, dit l'ancien Premier minis Crédit Image : RYAD KRAMDI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Leia Hoarau

Le départ d'Abdelaziz Bouteflika a beau être acté, les Algériens n'ont pas fini de démontrer leur mécontentement. Ils réclament, sur la base de l'article 102 de la Constitution algérienne, la mise en place d'élections présidentielles, afin d'élire un nouveau président. 

Ali Benflis, ancien premier ministre algérien et invité au micro de RTL, dénonce néanmoins l'entrée en jeu de l'article 102. Selon lui, demander l'empêchement d'Abdelaziz Bouteflika et le déclenchement de cet article ne signera pas la fin du règne du président, au pouvoir depuis près de 20 ans.

"J'ai analysé de très près la déclaration de l'État-major", explique-t-il. "Je dois préciser que l'application de l'article 102, visée dans la déclaration de l'État-major, n'est pas susceptible de constituer à elle seule la base au règlement de la crise". 

L'article 102 doit être appliqué, mais amendé

Ali Benflis, ancien Premier ministre algérien
Partager la citation

Selon lui, les "éléments et dispositifs existant actuellement en matière électorale, à savoir une administration qui n'est pas neutre, un Conseil constitutionnel qui a pris parti pour le président, et un gouvernement inexistant", ne permettent pas de réunir les conditions nécessaires à de réelles élections présidentielles objectives et démocratiques.

À lire aussi
"On a mis la France dehors en 1962, mais on n'a pas profité de la liberté avec ce régime qui n'a pas changé depuis. On veut une Algérie nouvelle", a exprimé un jeune homme. algérie
Algérie : manifestation massive contre la présidentielle à 48h de la campagne

L'ancien premier ministre invite à élire un président intérimaire afin de créer les conditions nécessaires : "L'article 102 doit être appliqué, mais amendé pour permettre de recourir à un président intérimaire pour quelques mois (...) qui puisse légiférer, pendant cette période, pour compléter ce qui n'existe pas".

"C'est une histoire de 4 à 6 mois. On peut arriver à la solution", conclut-il, en précisant qu'il ne sera pas candidat à la présidence intérimaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie Abdelaziz Bouteflika Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants