1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Affaire Pegasus : des "marqueurs suspects" dans les téléphones de cinq ministres
1 min de lecture

Affaire Pegasus : des "marqueurs suspects" dans les téléphones de cinq ministres

VU DANS LA PRESSE - Médiapart a appris de sources concordantes que les téléphones de cinq ministres avaient été infecté par le logiciel espion Pegasus.

Emmanuel Macron ferait l'objet d'un espionnage
Emmanuel Macron ferait l'objet d'un espionnage
Crédit : Idriss Bigou-Gilles / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Sarah Belien

Les téléphones de cinq ministres français, actuellement au gouvernement, auraient été infecté par le logiciel Pegasus. L'affaire Pegasus avait ébranlé le monde diplomatique il y a quelques mois lors des révélations du consortium Forbidden Stories. Le logiciel, vendu par une société israélienne à des gouvernements comme censée lutter contre le terrorisme, était en réalité utilisé à des fins de surveillance.

D'après nos confrères de Médiapart, les investigations menées par les services spécialisés de l’État ont permis de découvrir la "présence de marqueurs suspects" dans les téléphones de cinq ministres : le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, la ministre chargée du Logement Emmanuelle Wargon ainsi que le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu.

Toujours selon nos confrères qui ont pu avoir accès à ces informations, des traces similaires ont été repérées dans le téléphone d'une personne de la cellule diplomatique de l’Élysée. Des traces d'infection détectées pour la plupart sur l'année 2019. Dans le cadre de cette affaire PegasusMédiapart confirme que la ministre Jacqueline Gourault a depuis changé de téléphone et par conséquent de numéro.

Un document confidentiel consigné dans le mois d'août atteste de ces éléments. Parallèlement aux services spécialisés de l’État, une enquête pénale est également engagée au parquet de Paris pour faire la lumière sur cette affaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/