1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Pegasus : Emmanuel Macron n'était pas une cible assure la société NSO
1 min de lecture

Pegasus : Emmanuel Macron n'était pas une cible assure la société NSO

Un responsable de la société NSO a indiqué que le président français Emmanuel Macron n'avait pas été ciblé par son logiciel controversé Pegasus.

Illustration d'un smartphone devant la siège de NSO, entreprise ayant développé le logiciel "Pegasus", à Herzliya, près de Tel Aviv.
Illustration d'un smartphone devant la siège de NSO, entreprise ayant développé le logiciel "Pegasus", à Herzliya, près de Tel Aviv.
Crédit : JACK GUEZ / AFP
Julien Vattaire

Après les accusations, place à la défense. Introduit dans un smartphone, le logiciel d'espionnage Pegasus, conçu par la société israélienne NSO, permet d'en récupérer les messages, photos, contacts, et d'activer à distances les micros. Ainsi, il aurait été utilisé sur plusieurs cibles potentielles, dont Emmanuel Macron, par différents États.

Ces accusations ont été niées par la société israélienne. "Je peux vous affirmer avec certitude que le président Macron n'était pas une cible", a indiqué Chaïm Gelfand, un haut responsable du groupe, à la chaîne I24 news, comme le rapporte L'Express. "Il y a certains cas qui ont été révélés, qui nous gênent", a-t-il ajouté.  

"Nous continuons à essayer de déterminer tous les faits et cela remonte à plusieurs années donc il faut du temps pour tout passer en revue. Le fait qu'un journaliste ou un militant ait été la cible d'un système comme celui-ci est automatiquement considéré comme un détournement", a affirmé Chaïm Gelfand, alors que de son côté, le groupe a dénoncé une campagne "vicieuse et calomnieuse" menée par le consortium de 17 médias à l'origine des révélations

Des politiques et des journalistes ciblés

À l'instar d'Emmanuel Macron, des membres du gouvernement français mais aussi le roi du Maroc Mohammed VI et le Premier ministre pakistanais Imran Khan font partie d'une liste de 50.000 numéros de téléphone, sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour être potentiellement surveillés. 180 journalistes sont également concernés.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/