2 min de lecture Justice

Affaire Epstein : qui est Jean-Luc B, le Français soupçonné d'être "rabatteur" ?

ÉCLAIRAGE - Le cofondateur de l’agence de mannequins MC2 est accusé notamment d'avoir "livré des dizaines de jeunes filles" à Jeffrey Epstein, le milliardaire américain retrouvé mort dans sa prison de Manhattan.

>
Affaire Epstein : un français soupçonné d'avoir livré des jeunes filles au milliardaire Crédit Image : STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

L'affaire Epstein a-t-elle des ramifications en France ? La question se pose et prend de plus en plus d'épaisseur. Des soupçons se portent sur Jean-Luc B. un agent de mannequin parisien. Il aurait joué pour le milliardaire le rôle de rabatteur.

Jean-Luc B. est connu pour avoir réussi à ses débuts, dans les années 1970. Il a notamment repéré Sharon Stone. Mais il a aussi une réputation sulfureuse. Il aime le luxe et la fête, et héberge des jeunes femmes dans son appartement, près de l'Arc de Triomphe à Paris. 

Déjà en 1989, des mannequins l'ont accusé de viol. Dans un numéro de l'émission "60 minutes" de la chaîne CBS, deux jeunes femmes ont témoigné, sous couvert d'anonymat. Le Français les aurait droguées avant d'avoir avec elles des relations sexuelles contraintes. 

Un "des principaux pourvoyeurs de filles"

Son activité et lui déménagent à New York et Miami, aux États-Unis. Il y rencontre Jeffrey Epstein. Selon son ancienne comptable, en échange d'argent, il a livré de jeunes adolescentes, parfois mineures, au milliardaire soupçonné d'agressions sexuelles.

À lire aussi
Élodie Kulik procès
Affaire Élodie Kulik : Willy Bardon condamné à 30 ans de prison

Dans une plainte déposée en 2015, révélée alors par les médias américains, Virginia Roberts Giuffre accuse le Français d’être un "des principaux pourvoyeurs de filles" du financier américain. "Epstein m'a dit qu'il avait eu des relations sexuelles avec plus d'un millier de filles apportées par le Français", détaille-t-elle dans sa plainte.

L'agent de mannequin a finalement dû rentrer en France, rattrapé par l'affaire. Il se défend par voie de communiqué en 2015. Depuis, le septuagénaire se fait très discret. Seul son avocat a tenu à préciser que son client n'était visé, à ce jour, par aucune poursuite. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Viol Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants