1 min de lecture Gouvernement

Affaire Epstein : Schiappa réagit au "recadrage" de Belloubet

La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a réagi à la réponse de Nicole Belloubet vis-à-vis de l'ouverture d'une enquête en France au sujet de l'affaire Epstein. Il n'y a "ni désaccord ni recadrage", selon elle.

Marlène Schiappa et Nicole Belloubet
Marlène Schiappa et Nicole Belloubet Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Nicolas Barreiro

Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, a réclamé lundi 12 août via un communiqué, l'ouverture d'une enquête en France au sujet de l'affaire Epstein. Affaire qui concerne un réseau de détournement de mineures.

Elle était accompagnée par Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance, qui soutenait également l'ouverture d'une enquête en France. Nicole Belloubet, ministre de la Justice, a tenu à remettre les choses dans l'ordre en rappelant les secrétaires d'État à leur rôle : "Les poursuites ne sont pas des décisions du gouvernement." 

Marlène Schiappa a réagi aux propos de la garde des Sceaux, pour elle il n'y a "ni désaccord ni recadrage". Elle confirme d'ailleurs ce qu'affirmait Nicole Belloubet en lui donnant raison, "@NBelloubet a raison de préciser les principes dont elle est garante."

Elle poursuit d'ailleurs en réaffirmant que son rôle est "d'alerter, défendre et protéger les jeunes filles face aux réseaux de prédateurs sexuels." Elle conclut finalement en rappelant que "le sujet est grave" et qu'il ne faut pas le perdre de vue. Adrien Taquet de son côté n'a pas réagi aux commentaires de la ministre de la Justice.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Marlène Schiappa Nicole Belloubet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants