1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Résultats des régionales : Emmanuel Macron se relance en misant sur l'économie
3 min de lecture

Résultats des régionales : Emmanuel Macron se relance en misant sur l'économie

Entre "Choose France", l'inauguration d'une nouvelle usine à Douai ou encore l'exposition Made in France, le Président fait de l'économie son atout majeur.

Emmanuel Macron, le 21 mai 2021
Emmanuel Macron, le 21 mai 2021
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Macron mise sur l'économie pour se relancer
03:24
Macron mise sur l'économie pour se relancer
03:24
Martial You - édité par Florine Boukhelifa

À l'occasion de la quatrième édition de "Choose France", Emmanuel Macron accueillera lundi 28 juin 140 patrons internationaux au château de Versailles. Le reste de la semaine sera également porté sur l'économie, sujet sur lequel le Président peut s'appuyer au moment de faire son bilan et de se relancer dans la course à 2022, avec également une visite de l'usine de batteries électriques à Douai ou encore l'inauguration mardi du siège de la banque JPMorgan. En fin de semaine s'ouvrira aussi l'exposition "Made In France" à l'Élysée pour valoriser la production tricolore et la politique industrielle.

À la fin du quinquennat, les réformes ont eu du mal à passer. Emmanuel Macron n'est plus l'homme nouveau et la rigueur budgétaire s'est perdue dans les sables du coronavirus. Reste le bilan industriel : l'économie "bleu-blanc-rouge" vole au secours de la Macronie. Ce lundi, 22 projets, qui représentent 3,5 milliards d'euros d'investissement et doivent créer à terme 7.000 emplois, seront présentés. Dans le lot, l'usine de batteries de Douai pèse 2 milliards. Il reste donc 1,5 milliard pour l'ensemble des 21 projets restants.

Voilà le point faible de ces annonces, année après année : les projets créent peu d'emplois. Par exemple, l'allemand Zalando va proposer des entrepôts 4.0 qui font appel à beaucoup de robots autonomes.

La France numéro 1 des investissements étrangers

Globalement, les annonces des précédentes éditions ont été à la hauteur et honorées. Lors des trois précédentes éditions, 35 projets ont été présentés. 20 sont déjà réalisés pour 2,3 milliards d'euros d'investissement, 14 sont en cours de déploiement et 1 projet a été annulé. La France est ainsi championne d'Europe des investissements étrangers.

À écouter aussi

De son côté, Emmanuel Macron, dont le discours sur l'entreprise a changé à l'international, va sans doute mettre en avant cet aspect de son bilan. Selon le dernier baromètre E&Y sur l'attractivité, la France est numéro 1 depuis plusieurs années, y compris à l'issue de l'année coronavirus. 985 projets d'investissements dans les prochains mois en France, contre 975 au Royaume-Uni et 930 en Allemagne.

La startup nation, le discours pro-entreprise, la baisse des impôts de production et de l'impôt sur les sociétés, la promesse d'une stabilité fiscale, le plan de relance qui s'adosse à l'Allemagne pour développer des technologies comme l'hydrogène,... Tout cela a été entendu et intégré par les investisseurs étrangers depuis l'élection d'Emmanuel Macron.

Néanmoins, rien n'assure que cette confiance soit durable. Les investisseurs étrangers sont volatiles et la peur les éloignent parfois de chez nous. Le baromètre E&Y montre que la France reste le premier pays d'Europe pour les investissements, mais les projets ont fortement chuté dans l'Hexagone alors qu'ils se maintiennent en Allemagne. Les grèves à venir à la SNCF ou à ADP pourraient donner le sentiment que la France reste un territoire instable.

Le plus : pas simple de fabriquer une voiture autonome, même pour Tesla

Le groupe d'Elon Musk va rappeler plus de 285.000 voitures en Chine, car le système de contrôle de la vitesse, essentiel quand le véhicule sera pleinement autonome, risque de provoquer un accident s'il est déclenché par inadvertance.

La note : 18/20 à un nouveau syndicat

Il était temps, surtout après la période de confinement que nous venons de vivre. La CGT a créé, à Paris, le premier syndicat de défense des livreurs à vélo qui regroupe l'ensemble des plateformes. Des syndicats du même ordre avaient déjà été créés à Bordeaux, Toulouse et Lyon.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/