1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. ContentSquare : quelle est cette startup qui a levé 500 millions de dollars ?

ContentSquare : quelle est cette startup qui a levé 500 millions de dollars ?

Les entreprises françaises bénéficient d'un regain d'intérêt de la part des investisseurs. C'est le cas de ContentSquare.

Investissement : la France entre dans le top 5 des pays les plus attractifs
Investissement : la France entre dans le top 5 des pays les plus attractifs
Crédit : DANIEL ROLAND / AFP
Qui est ContentSquare, la startup qui vient de lever 500 millions de dollars ?
03:13
ContentSquare : quelle est cette startup qui a levé 500 millions de dollars ?
03:13
L'Eco and You - Martial You
Martial You
Journaliste

C'est un événement dans le monde de nos start-ups tricolores : l'entreprise ContentSquare vient de lever 500 millions de dollars. C'est historique ! Mais que fait exactement ContentSquare ?

ContentSquare, c'est un peu comme Moderna, ce sont deux patrons marseillais qui les dirigent : Stéphane Bancel pour Moderna et Jonathan Cherki pour Contentsquare et ce sont des entreprises qui sont passées par le catalyseur Covid. ContentSquare analyse ce que vous faites avec votre souris quand vous allez sur un site internet. À quel moment vous cliquez ? Qu'est-ce que vous regardez en premier (les photos, le texte) ? Où sont situées les publicités que vous voyez le mieux ?
Autrement dit, Contentsquare dit aux entreprises comme BMW, Gucci, Ikea, Microsoft (quelques-uns des clients) comment vous faire acheter mieux et plus. Évidemment, avec le boom du e-commerce au cours des derniers mois, ce genre d'informations vaut de l'or enfin des dollars.

De 190 à 500 millions de dollars

Lever 500 millions, cela veut dire que des investisseurs, le fonds de Softbank et d'autres fonds, ont accepté de mettre 500 millions de dollars pour permettre à l'entreprise de se développer.

Et ils espèrent que ces 500 millions en vaudront plus dans quelques années. Il y a des chances, car l'an dernier, la société avait levé 190 millions de dollars, ce qui était déjà pas mal. Un an plus tard, on passe à un ticket de 500 millions.

À lire aussi

Nos entreprises de la Tech jouent-elles enfin dans la cour des grands ? C'est plus complexe que ça. D'abord, pour les investisseurs, il est devenu très difficile de décrocher un ticket d'entrée sur une entreprise américaine. L'argent n'est pas cher, il y a beaucoup de liquidité, c'est-à-dire beaucoup d'argent à investir et ça a entretenu une bulle aux Etats-Unis qui a fait flamber les prix là-bas.

Un effet start-up nation ?

En clair, investir dans une start-up américaine est devenu trop cher.
Donc, on se retourne vers les entreprises européennes et françaises qui ont de belles promesses et qui sont plus accessibles. Les fonds d'investissement se comportent un peu comme les Anglais en Dordogne, ils n'ont pas assez d'argent pour le marché américain, mais sont très riches pour le marché européen. Et on en profite.

Il y a, malgré tout, un certain effet "start-up nation". Depuis toujours, dans la Silicon Valley, on sait que les Français sont inventifs et ont les meilleurs ingénieurs du monde. Ça ne date pas de la start-up nation d'Emmanuel Macron. Mais, c'est vrai aussi que le discours vis-à-vis des entreprises technologiques françaises a changé depuis 10 ans.

On les prend au sérieux. Les entrepreneurs français sont de plus en plus nombreux à faire fortune et a constituer un écosystème français. Ils partent souvent s'installer aux Etats-Unis, mais pas pour se vendre à un grand groupe américain, pour rester indépendants mais proches de leurs clients.

5,4 milliards levés par les entreprises françaises

Où se situent les start-ups françaises par rapport à nos voisins européens ? Et bien la France se réveille. Il y a eu le Next 40, la French Tech. On valorise nos start-ups depuis des années et ça marche.

L'an dernier, malgré la crise (qui profitait au web, c'est vrai), nos entreprises ont levé 5,4 milliards de dollars en tout pour se financer. On compte 620 entreprises très prometteuses.
Et surtout, on a levé plus d'argent avec moins d'opérations ce qui veut dire qu'on a investi plus à chaque fois. Et aujourd'hui, il y a plus de start-ups françaises financées en France qu'en Allemagne. Nous sommes juste derrière les Anglais. À nous de savoir les faire grandir encore plus sans créer une bulle.

Le plus : le retour au travail qui se précise

Le télétravail restera la règle à partir du 9 juin prochain, prochaine étape du déconfinement. Mais, lundi, les partenaires sociaux discuteront des modalités de retour au bureau. Dans la fonction publique, ce sera deux jours de présentiel minimum.

La note : 18/20 aux salles de cinéma

Plus de 2 millions de Français se sont rués dans les salles obscures depuis le déconfinement. C'est le niveau du monde d'avant alors que les salles sont limiter à 1/3 de spectateurs et qu'il y a le couvre-feu à 21h.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/