1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Prix des carburants : une hausse de "4 à 5 centimes dès demain", selon un spécialiste
1 min de lecture

Prix des carburants : une hausse de "4 à 5 centimes dès demain", selon un spécialiste

INVITÉ RTL - Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières, prévient d'une "réaction immédiate" à la pompe après un bond de 10 % du prix du baril de pétrole brut.

Une station essence à Nîmes (illustration).
Une station essence à Nîmes (illustration).
Crédit : FRANCK LODI/SIPA
Prix des carburants : un hausse de "4 à 5 centimes dès demain" selon un spécialiste
05:54
Prix des carburants : un hausse de "4 à 5 centimes dès demain" selon un spécialiste
05:54
Christelle Rebière - édité par Paul Turban

Une hausse du prix du carburant à la pompe est "absolument" inéluctable, explique Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), lundi 16 septembre sur RTL. Après la destruction de deux sites de production de pétrole saoudiens, "le prix des carburants sur le marché de Rotterdam a suivi l'augmentation du pétrole brut, il a augmenté de 10 %."

Selon le spécialiste, l'augmentation à la pompe "devrait être de l'ordre de 4 à 5 centimes du litre dès demain", "sauf s'il y avait une déclaration d'apaisement quelconque de la part des États-Unis ou de l'Arabie saoudite cet après-midi". 

En effet, sur le marché très concurrentiel des carburants, la réactivité des grandes surfaces, qui vendent 60 % des carburants écoulés en France, est immédiate. "On nous accusait d'augmenter rapidement et de baisser lentement. C'est fini, il y a marché très réactif, très compétitif."

À regarder

Prix des carburants : vers une hausse de 4 à 5 centimes à la pompe ?
01:27

Le marché réagit en fonction des annonces.

Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières, sur RTL.

Pourtant, une situation de pénurie ne semble pas à craindre. "L'approvisionnement en brut n'est pas coupé. Les bateaux qui sont partis d'Arabie saoudite sont toujours sur l'eau", explique Francis Duseux. Tous les pays vont augmenter la production. L'Arabie saoudite dispose de stocks importants. Elle va les mettre à disposition rapidement pour compenser."

À lire aussi

Mais même si l'Arabie saoudite a annoncé le rétablissement d'un tiers de la production d'avant l'attaque, "on parle d'une baisse de 3 millions de barils", explique le président de l'Ufip. Pour comparaison, "l'équilibre des prix qu'on a vécu ces derniers mois autour de 60 dollars du baril était dû au fait que la Russie, avec l'OPEP, avaient décidé de couper la production de 1,2 million de barils par jour. C'est 1 % du marché. C'est suffisant pour réguler les prix."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/