2 min de lecture Royaume-Uni

Les ventes de vins de Bordeaux ont chuté de 10% en 2019 et 2020

Le coronavirus, les nouvelles taxes douanières ou encore des changements sociologiques et culinaires profonds chez les consommateurs ont eu raison des ventes de vins de Bordeaux en 2019 et 2020.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Les ventes de vins de Bordeaux ont chuté de 10% en 2019 et 2020 Crédit Image : Donireewalker | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Florise Vaubien

Les ventes de vins de Bordeaux ont chuté de 10% en 2019 et 2020 : l’année ne commence pas très bien. Prenons le classement des ventes à l'international pour mieux comprendre. 

Premier marché : la Chine, qui est à l’arrêt depuis janvier et qui redémarre très doucement. Deuxième marché : les États-Unis. À la fin de l'année dernière, la taxe douanière de 25% sur les vins français avait été décidée par Donald Trump. Bilan : des ventes en chute de 12%. Troisième marché : le Royaume-Uni, mais personne ne sait comment va se traduire la consommation des Anglais après le Brexit.

 
Jusqu'ici la France était plutôt le pôle de stabilité des vins de Bordeaux. Moins dynamique que l'international, le marché domestique représente encore 56% des ventes du chiffre d’affaires des vins de Bordeaux. 

Mais l'hexagone décroche à grande vitesse : en cinq ans, la consommation de vins de Bordeaux a chuté de 20%. En effet, les Bordeaux ont une image un peu vieille, de grandes maisons, de tradition et une étiquette de vins chers. 

Des changements sociologiques en cause

À lire aussi
exportation
Pourquoi des viticulteurs de Roanne ont envoyé des vins à la Maison-Blanche

Ensuite, les vins de Bordeaux sont confrontés à un changement d’habitude alimentaire des Français très violent et très sociologique : ils boivent moins de vin et mangent moins de viande. En vingt ans, la consommation de vin a chuté de 28% et notre consommation de viande - notamment le bœuf, associé au Bordeaux - a baissé de 12%. C’est un véritable défi pour les vins de Bordeaux car le phénomène est profond et ne reflète pas un effet de mode.

 
Le dernier élément : le syndrome Suze ou l’effet Anisette. Le Bordeaux, c’est la boisson des parents ou des grands-parents, comme le Pastis. La consommation de bière, en revanche, a bondi de 40% depuis 2010 chez les moins de 35 ans. La bière, c’est moins ringard, c’est plus convivial avec des produits aromatisés, c’est même un peu plus écolo avec la multiplication de bières locales. Elle arrive même à prendre des parts de marché aux sodas. Les vins de Bordeaux, eux, ont un produit qui peut séduire la jeunesse : ce sont les vins blancs, c’est ce que le vignoble de Bourgogne a compris depuis quelques années. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Chine États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants