1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les soldes, un modèle dépassé ?
3 min de lecture

Les soldes, un modèle dépassé ?

Les soldes d'été démarrent ce mercredi, et sont synonymes d'espoir pour les commerçants après une année au ralenti. Mais ce modèle ne semble plus leur profiter depuis plusieurs années.

Une boutique affichant les soldes (Illustration)
Une boutique affichant les soldes (Illustration)
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Et si on arrêtait les soldes une bonne fois pour toutes ?
03:43
Martial You

Les soldes d'été débutent ce mercredi 30 juin et plus que jamais, la question de leur utilité se pose. En reprenant des articles datant de 2020, 2019 et en 2018 à l'issue des soldes, les résultats restent mitigés. En 2020, les commerçants affichaient des ventes en repli de 20 à 30% par rapport aux soldes habituels. On se dit que cette année était spéciale. Mais en 2019 les soldes d'été étaient "en demi-teinte", en 2018, ils étaient "plombés" par la Coupe du Monde de football.

Cela fait des années que les soldes ne permettent plus aux commerçants de se relancer, des années qu'on les entend se plaindre et des années que le secteur de l'habillement notamment ferme des boutiques. Les soldes, c'est l'économie de la défaite.

Ils ont été inventés en 1830 par Simon Mannoury, qui crée le premier grand magasin parisien, ancêtre du "Bon Marché". Ils sont encadrés par la loi en 1906, ce qui va permettre aux commerçants d'écouler leurs stocks restants en vendant à perte en fin de saison. Les soldes font partie du patrimoine historique, ça reste une animation commerciale et un rendez-vous national attendu par les petits commerçants qui n'ont pas les moyens de se payer des campagnes de publicité à grande échelle. Mais c'est un concept totalement dépassé à l'heure d'internet.

Les soldes morts et enterrés ?

Les "Prime Days" d'Amazon ont pris de vitesse les soldes dix jours avant, le dernier clou sur leur cercueil. En 2008, on crée une loi qui encadre les soldes mais qui autorise les promotions toute l'année. Une balle dans le pied des chausseurs. C'est la mort clinique des soldes. Depuis, les soldes ne sont plus un événement en soi puisqu'il y a des promos toute l'année, des ventes privées. Bref, des prix cassés qui font qu'on ne connait plus la valeur réelle d'un chemisier ou d'un canapé.

À lire aussi

Après l'année 2020 confinée, les commerçants ont besoin d'écouler leurs stocks, là se trouve tout le paradoxe. Les commerçants constatent depuis le déconfinement qu'il y a du monde dans les boutiques. Donc, vendre à perte et à prix cassés quand on pourrait vendre à plein, ça n'a pas de sens. Et puis, les soldes ont eu un effet pervers : les grandes enseignes mondiales ont fini par produire des collections pour les soldes, pour les promos, à prix cassés avant même d'avoir un prix.

Cela conduit à des drames comme l'effondrement de l'immeuble Rana Plaza au Bengladesh où des centaines d'ouvriers mal payés réalisaient des vêtements bas de gamme pour toutes les grandes marques de prêt-à-porter mondiales. On a tiré le fil et on a déchiré le modèle.

Les nouvelles attentes des clients

Du côté des clients, on aime l'animation commerciale mais on n'attend pas les soldes. Et puis, il faut aussi s'adapter aux nouvelles attentes. D'abord, on voit se développer le marché de la seconde main, un marché du vêtement d'occasion qui nous éloigne de la mode du vêtement jetable.

Et les commerçants eux-mêmes ont intérêt à changer : fabriquer moins pour avoir moins de stocks, produire au plus près des consommateurs pour être plus réactifs et être moins dépendants des coûts de transports qui sont en train d'exploser en Chine. Le modèle change. Finalement, les soldes sont un peu les victimes de la mode d'avant.

Le Plus : la France va reproduire du paracétamol

On va relocaliser, dans les 3 ans, la fabrication de ce médicament. Décision étonnante car les marges sont réduites sur le paracétamol et la France devrait plutôt être en pointe sur les nouveaux médicaments que sur ce genre de produit. Mais la crise a montré à quel point nous étions dépendants de l'Asie pour ce type de produits.

La Note : 18/20 à Monaco

Monaco vient de déployer son "identité numérique". Une nouvelle carte d'identité entièrement digitale qui fonctionne comme l'application de votre banque : un seul code personnel et vous avez accès à tous les services monégasques en tant que résident. Cela simplifie les démarches administratives.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/