1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les Français placent de moins en moins leur économies
2 min de lecture

Les Français placent de moins en moins leur économies

Les ménages français ont déposé 33 milliards d'euros sur leurs comptes bancaires en 2018. De l'argent qui dort et ne rapporte rien.

Mettre de l'argent de côté (illustration)
Mettre de l'argent de côté (illustration)
Crédit : DR
Les Français placent de moins en moins leur économies
03:56
Les Français placent de moins en moins leur économies
03:57
- édité par Cassandre Jeannin

Les Français sont de plus en plus prudents. Ils ont déposé 33 milliards d'euros sur leurs comptes bancaires en 2018. Une somme colossale qui dort sans rien rapporter. Un magot supérieur à celui déposé sur les Livrets A qui, même s’il affiche un rendement ridicule, 0,75 % pour une inflation de 1,1 %, offre quand même une petite rémunération. 

Ce sentiment d’inquiétude se confirme par la bonne tenue de l’Assurance Vie qui propose non seulement des contrats qui garantissent à 100 % le montant des dépôts, mais aussi des contrats qui contiennent des actions et qui sont eux sans garantie en capital. L'Assurance Vie rassure grâce car outre ses avantages fiscaux, elle est associée à la sécurité.

Depuis la crise de 2008, l’aversion traditionnelle des Français pour les actions des entreprises cotées en bourse s’est renforcée. Le fait que le CAC 40 dépasse les 5.500 points n’a manifestement pas changé leur vision. Selon les experts de la BPCE (Banque Populaire, Caisse d'Épargne et Natixis), jamais la défiance vis-à-vis des actions et des obligations d’entreprises détenues en direct par les ménages n’a été aussi marquée : moins 35,1 milliards d'euros l’an dernier. Un signe que l’on pourrait considérer comme paradoxal illustre bien la situation : quand la bourse va bien ce qui est le cas actuellement, les épargnants en profitent pour prendre leurs bénéfices et rompre les amarres.

Comment expliquer cette défiance des Français ?

La défiance des Français envers l'épargne s'explique notamment par leur perception négative des milieux financiers qui durant la dernière décennie n’ont pas été avares de scandales. La grande crise, l’asphyxie des épargnants en Grèce, à Malte, les révélations de pratiques frauduleuses à répétition par de grands établissements traditionnels et surtout, le sentiment que les marchés sont sur une autre planète. 

À lire aussi

La volatilité s’est accélérée grâce aux nouvelles technologies, aux algorithmes, aux robots spéculateurs à très haute vitesse. Toutes ces évolutions éloignent les épargnants de la bourse. Ils fuient un univers qui veut bien leur argent mais sans leur offrir les conditions du contrôle et de l’action qui vont avec. Voilà pourquoi il y avait 7 millions de Français actionnaires en 2007 et 3 millions actuellement. Voilà aussi pourquoi 45 % des sociétés du CAC 40 appartiennent à des investisseurs étrangers.

Les Plus

Le publicitaire français Publicis achète pour 4,4 milliards de dollars une entreprise de marketing digital aux États-Unis.

La fin des tarifs réglementés du gaz est fixé au 1er juillet 2023. 40 % des foyers abonnés seront concernés.

La note

14/20 aux cinq fédérations de coopératives agricoles et viticoles du Grand Est. Elles vont fusionner et devenir Coop de France Grand Est. C'est extrêmement intéressant : 56.000 adhérents, 14 milliards de chiffre d'affaire. Voilà de quoi négocier avec la grande distribution.

La rédaction vous recommande

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/