1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : quelles entreprises se sont enrichies pendant la crise ?

Dans un rapport, Oxfam cite 32 entreprises qui, ensembles, devraient générer 109 milliards de dollars en profits supplémentaires sur l'année 2020. L'ONG souligne "le profond fossé qui sépare une petite minorité de privilégié-e-s de la grande majorité".

Une agence de l'ONG Oxfam à Londres (Illustration)
Une agence de l'ONG Oxfam à Londres (Illustration) Crédit : AFP / Archives, JUSTIN TALLIS
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Tous perdants face au coronavirus ? Non, selon Oxfam. L'organisation internationale dévoile, ce mercredi 9 septembre, son rapport intitulé "Covid-19 : les profits de la crise". Dedans, une liste de 32 entreprises qui, contrairement à une grande partie de la population, verront leurs revenus augmenter en 2020, malgré ou grâce à la crise sanitaire.

"Oxfam a constaté que le chiffre d’affaires pour 2020 de 32 entreprises devrait être considérablement supérieur à celui des années précédentes", indique ce rapport, avant de préciser que les profits supplémentaires cumulés de ces entreprises devraient être de 109 milliards de dollars.

Parmi elles, des acteurs clés du secteur numérique, Google, Apple, Facebook ou Amazon, mais aussi du domaine pharmaceutique, comme Pfizer ou Abbvie, ou bancaire, le Crédit Agricole étant cité. 

Oxfam chiffre également les "bénéfices excédentaires de la pandémie". Microsoft fait largement la course en tête, avec des profits supplémentaires à hauteur de 18,8 milliards de dollars, suivi par Intel, Apple et le détaillant américain Walmart.

Une faible contribution à la crise dénoncée

Le rapport pointe également la faible participation de ces entreprises à l'effort de lutte contre le coronavirus. "Les dons des plus grandes entreprises du monde au cours de la crise équivalaient en moyenne à 0,32 % de leur résultat opérationnel pour 2019", indique Oxfam, "force est de constater que cette contribution n’est pas à la hauteur de cette crise comparée à l’ampleur des bénéfices réalisés".

À lire aussi
Un golden retriever (illustration) Coronavirus États-Unis
Aux États-Unis, un hôpital recrute un chien pour réconforter les soignants

Au niveau des solutions, l'ONG préconise notamment de "taxer les bénéfices colossaux des grandes entreprises", en mettant en place "un impôt sur les bénéfices exceptionnels réalisés pendant la pandémie COVID-19, similaire à celui pratiqué pendant la Seconde Guerre mondiale".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Entreprises ONG
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants