1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : "On reste à peine à trois quarts d'une activité normale", estime le Medef
2 min de lecture

Coronavirus : "On reste à peine à trois quarts d'une activité normale", estime le Medef

INVITÉ RTL - Le président délégué du Medef Patrick Martin demande le maintien des dispositifs d'aides mis en place par l'État pour encourager la reprise de l'activité en France.

Patrick Martin, président délégué du Medef.
Patrick Martin, président délégué du Medef.
Crédit : RTL
Coronavirus : "On reste à peine à trois quarts d'une activité normale", estime le Medef
08:29
Coronavirus : "On reste à peine à trois quarts d'une activité normale", estime le Medef
08:29
Yves Calvi & Jérémy Billault

Le Medef publie ce jeudi 4 juin son baromètre pour évoquer la crise sanitaire et la reprise progressive de l'activité en France. Le syndicat des patrons estime à 73% le taux d'activité nationale. "On observe un redressement, mais on reste à peine à trois quarts d'une activité normale", explique Patrick Martin, président délégué du Medef.

Pour redémarrer, selon lui, l'économie a encore besoin des dispositifs de soutien mis en place par l'État. "Les chefs d’entreprise n’attendent que de retrouver une activité normale et la croissance, mais il ne vaut pas atténuer les mesures de soutien, on en a besoin."

Le BTP en France était tombé sous les 10% tandis qu'en Allemagne, au moins 80% de l'activité a été maintenue pendant le confinement. Mais le secteur "est celui qui redémarre le plus fort", explique Patrick Martin.

Les industriels réclament des mesures d'encouragement à la demande

Patrick Martin président délégué du Medef

Dans l'industrie, les semaines à venir s'annoncent difficile. "Les industriels réclament des mesures d'encouragement à la demande. Ça a été le cas pour le secteur automobile, on attend le même type de mesures pour les autres secteurs, estime le président délégué du Medef. La reprise passera par la confiance des consommateurs face à la crise sanitaire, et par des dispositifs de soutien maintenus le temps qu’il faudra."

À lire aussi

Pendant le confinement, certains ont pu mettre de côté. Patrick Martin évoque une "épargne colossale pendant le confinement de 60 milliards d’euros. "Il faut que cette épargne revienne dans la consommation, dans l'investissement", considère-t-il.

Alors que Bruno Le Maire évoquait une chute vertigineuse du PIB de la France, Patrick Martin, optimiste, explique : "Les chefs d’entreprises sont déterminés à ce que l’activité reparte. On est encore sous le coup de la crise sanitaire, il n'est pas illogique qu'il y ait une forme de pessimisme, mais le moral des chefs d'entreprises est en train de se redresser."

Patrick Martin annonce également des demandes déposées par le Medef pour accueillir les 700.000 jeunes sur le point d'entrer sur le marché du travail. Il évoque par exemple des mesures pour encourager l'apprentissage et l'exonération des charges pour les entreprises en cas de premier Contrat à durée indéterminé. 

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/