1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les pistes du gouvernement pour faire baisser les prix des carburants
1 min de lecture

Les pistes du gouvernement pour faire baisser les prix des carburants

Alors que le prix des carburants continue d'augmenter, le gouvernement doit proposer des pistes pour endiguer cette hausse. Sur la table, une baisse des taxes ou encore la mise en place d'un chèque carburant.

Des pompes à carburants (illustration)
Des pompes à carburants (illustration)
Crédit : AFP / Philippe Huguen
Martial You - édité par Étienne Bianchi

Les prix à la pompe ne cessent de grimper et cela inquiète le gouvernement, le tout à quelques mois de l'élection présidentielle. "Le gouvernement est mobilisé sur ce sujet", a assuré Emmanuel Macron lors d'un déplacement en Seine-Saint-Denis, ce jeudi 14 octobre. Mais que peut vraiment faire l'exécutif face à cette situation ? 

La première des solutions serait que les distributeurs réduisent leur marge. Cependant, les hypermarchés ne dégagent que 1 à 2 centimes de marge par litre. Si la Grande distribution vendait effectivement à prix coûtant, les automobilistes ne gagneraient seulement entre 50 centimes et un euro pour un plein.

 Donc peu visible pour les consommateurs, mais lourd pour les commerçants. En revanche, le gouvernement risque de se tourner vers les chaînes de magasins, car 60 % du carburant en France est écoulé dans les stations-service des hypermarchés.

Vers une baisse des taxes ?

Autre solution, une baisse des taxes comme cela s'est fait chez nos voisins espagnols. Pour rappel, il y a 60 % de taxe sur un litre de carburant en France, ce qui signifie que sur 1 litre de gazole à 1,54 euros, l'État touche 86 centimes. Le gouvernement a donc une marge de manœuvre, surtout qu'en 2012, il avait diminué le prix du litre d'essence de 6 centimes en cumulant baisse de taxes et baisse de la marge des distributeurs.

À lire aussi

L'exécutif réfléchit aussi à la mise en place d'un chèque carburant. Mais cette solution pourrait se transformer en piège, car il s'agit d'une aide pour les ménages les plus pauvres et cela pourrait donc mécontenter les classes moyennes inférieures qui sont moins soutenues. Or, ce sont des gens qui travaillent, payent des impôts et ont des difficultés à boucler les fins de mois. Des profils très semblables à ceux des gilets jaunes. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/