2 min de lecture Industrie

Bridgestone : cesser l'activité à Béthune, la "seule option" selon la direction

Bridgestone estimé que "le projet de cessation totale d'activité" de l'usine de Béthune est "la seule option", alors que 863 emplois sont menacés.

L'usine Bridgestone de Béthune
L'usine Bridgestone de Béthune Crédit : DENIS CHARLET / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Bridgestone a annoncé à la mi-septembre la fermeture d'ici 2021 de son usine de fabrication de pneus de Béthune (Pas-de-Calais). 863 emplois se trouvent ainsi menacés. Ce lundi 21 septembre, l'entreprise japonaise a expliqué que "le projet de cessation totale d'activité" était "la seule option qui permettrait de répondre à la surcapacité de production structurelle de Bridgestone et donc de sauvegarder la compétitivité de ses opérations en Europe". 

"Bridgestone a étudié toutes les solutions alternatives possibles, notamment celle de nouveaux investissements pour une production de pneus différents à Béthune", a souligné le fabricant de pneumatiques. Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée en charge de l'Industrie, a annoncé que les scénarii alternatifs à une fermeture vont être "contre-expertisés" par le cabinet Accentur. Bridgestone, le gouvernement et les syndicats doivent se retrouver dans quelques semaines. 

Le fabricant de pneus a assuré "rechercher des entreprises susceptibles d'être intéressées par une reprise totale ou partielle du site et des employés ou pour développer des projets permettant de créer de nouvelles activités dans la région". Il s'engage à soutenir la mise en oeuvre des solutions qui pourraient être suscitées par cette démarche, y compris la reprise du site par des concurrents. 

Nous ne laisserons aucun salarié sans emploi ou sans accompagnement adapté et personnalisé

Laurent Dartoux, président de Bridgestone pour la zone Europe, Russie, Moyen-Orient, Inde et Afrique.
Partager la citation

Parallèlement, Bridgestone entend proposer "un plan d'accompagnement adapté à chaque salarié, incluant des mesures de pré-retraite sans coût pour la collectivité, mais aussi des mesures encourageant les reclassements au sein des autres activités de Bridgestone en France et favorisant les reclassements externes".  

À lire aussi
Construction d'un Airbus, Toulouse, France (illustration) Coronavirus France
Coronavirus : à quoi vont servir les 330 millions pour l'aéronautique et l'automobile ?

Dans Le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro ce dimanche, Agnès Pannier-Runacher avait annoncé qu'un "accord de méthode a été signé vendredi 18 septembre. Celui-ci prévoyait "5 mois de discussion" pour trouver une alternative à la fermeture du site, selon elle. Des discussions qui doivent se tenir entre l'entreprise et les représentants du personnel. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Industrie Économie Activité économique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants