1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Prix du pain : Leclerc "se fait un pognon de dingue", dénonce Christiane Lambert
2 min de lecture

Prix du pain : Leclerc "se fait un pognon de dingue", dénonce Christiane Lambert

RÉACTION - La présidente de la FNSEA fustige la décision de Leclerc de vendre ses baguettes à 29 centimes. "Il ment et vend la baguette à perte", dénonce-t-elle en visant Michel-Edouard Leclerc.

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, en février 2019
Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, en février 2019
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Baguette à 29 centimes : Leclerc "se fait un pognon de dingue", dénonce Christiane Lambert
01:51
Dominique Tenza - édité par Thibault Nadal

La polémique enfle. Ce mercredi 12 janvier, Leclerc annonçait qu'il allait commercialiser le prix de ses baguettes à 29 centimes. 

Un coup dur pour la filière agricole, alors que le prix du blé a augmenté de 30% en 2021. Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) s'en prend à Michel-Edouard Leclerc sur RTL et affirme qu'il "ment et vend à perte". Une affirmation contraire à ce qu'assurait le PDG de l'enseigne hier, qui disait vendre la baguette au prix coûtant.

"Je dis qu'il porte un coup grave à plusieurs professions. J'espère que les consommateurs n'achèteront pas leur pain chez Michel-Edouard Leclerc. Il devait gagner beaucoup d'argent, imaginez la marge qu'il se faisait avant, s'il se permet de baisser autant le tarif", affirme Christiane Lambert. "Leclerc s'est révélé comme un grand qui se fait un pognon de dingue sur la baguette", poursuit-elle.

Pour elle, vendre la baguette 29 centimes est un "coup de communication dangereux, parce que ça dévalorise la valeur des produits. Ça fait huit années qu'il y a une baisse des prix. Leclerc est le champion des prix cassés, il est responsable de beaucoup de faillites chez les fournisseurs d'alimentation, c'est inadmissible". Elle accuse également l'homme d'affaires de faire pression dans cette période de négociation pour définir les prix dans les grandes surfaces : "Il est écrit qu'il faut tenir compte des coûts français, tenir compte des hausses, qui ne sont pas excessives, contrairement à ce que dit Edouard-Michel Leclerc". 

À écouter aussi

Selon la présidente de la FNSEA, un Français dépense 385 euros en moyenne par mois pour se nourrir. Avec 1,4% d'augmentation, c'est 5 euros par mois, une hausse pas "inaccessible" selon Christiane Lambert, qui se demande "pourquoi les agriculteurs devraient honorer le pouvoir d'achat des consommateurs. Ils ont aussi besoin de vivre".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/