1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Air France : accord entre Paris et la Commission européenne
2 min de lecture

Air France : accord entre Paris et la Commission européenne

"Le montant sera discuté avec Air France", a précisé Bruno Le Maire, dimanche. Un conseil d’administration doit avoir lieu lundi.

Une photo prise le 25 novembre 2020 montre des avions d’Air France stationnés à l’aéroport de Roissy, au nord de Paris.
Une photo prise le 25 novembre 2020 montre des avions d’Air France stationnés à l’aéroport de Roissy, au nord de Paris.
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Venantia
Venantia Petillault
Journaliste

Paris et Bruxelles sont tombés d'accord sur le déblocage d'une nouvelle aide financière pour Air France, qui devra en échange abandonner "un certain nombre de créneaux" à l'aéroport parisien d'Orly, a annoncé dimanche le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire.

"Nous avons un accord de principe avec la commissaire européenne (chargée de la Concurrence) Margrethe Vestager sur un nouveau soutien financier à Air France", a-t-il déclaré dans l'émission Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro. C'est l'épilogue de semaines de discussions intenses entre Paris et la Commission européenne, gardienne d'une concurrence équilibrée.

L'État français, qui détient 14,3% d'Air France, est disposé à secourir de nouveau la compagnie, touchée comme tout le secteur aérien par la crise du Covid-19 et qui a perdu 7,1 milliards d'euros en 2020. Mais M. Le Maire n'a pas précisé le montant de l'aide évoquée. Il "sera discuté avec Air France", un conseil d'administration est prévu lundi "qui doit valider le principe de cet accord". Selon trois sources syndicales, un comité social et économique (CSE) central extraordinaire d'Air France a aussi été convoqué pour mardi matin à 9H00. Avec à l'ordre du jour "un seul point, la situation de l'entreprise".

Abandonner "un certain nombre de créneaux" horaires

M. Le Maire a salué "une très bonne nouvelle pour Air France et pour l'ensemble du secteur aérien français", au terme d'une négociation "dure", "longue et difficile". L'accord trouvé est "juste et proportionné". À la Commission européenne, un porte-parole soulignait dimanche à l'AFP que si un État membre compte "accorder plus de 250 millions d'euros d'aide à la recapitalisation" à une entreprise disposant d'une part de marché importante là où elle opère, alors il doit "proposer des mesures supplémentaires pour préserver une concurrence effective".

À lire aussi

En clair, la France est priée de proposer à la Commission des mesures concurrentielles efficaces. En 2020, la Commission avait donné son feu vert à une recapitalisation de Lufthansa en échange de la cession de créneaux aux aéroports de Munich et de Francfort.
M. Le Maire a prévenu qu'Air France devrait ainsi abandonner "un certain nombre de créneaux" horaires d'atterrissage et de décollage à Orly.

Mais "ce sera moins" que les 24 créneaux souhaités par la Commission - 24 créneaux, "c'était trop" selon le ministre, qui a plaidé le fait que "ça ne servait à rien de soutenir Air France d'un côté si c'était, de l'autre, pour valoriser excessivement la concurrence".
Les syndicats de la compagnie française avaient rejeté l'éventualité d'un abandon de créneaux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/