1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Bientôt un revenu pour les 16-25 ans ?
3 min de lecture

Bientôt un revenu pour les 16-25 ans ?

Le Premier ministre Jean Castex confirme qu'il va instaurer un revenu d'engagement pour les jeunes décrocheurs d'emploi.

Une femme réglant ses impôts sur le revenu (illustration)
Une femme réglant ses impôts sur le revenu (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
A quand le revenu pour les 16-25 ans ?
03:03
Martial You - édité par William Vuillez

Cherche plan jeune désespérément ! Jean Castex, dans Les Échos ce lundi matin, nous annonce le "revenu d'engagement" pour les jeunes, qui sera un "contrat" entre le jeune et l'État. Mais on ne sait toujours pas quand ce plan sera annoncé. "Je ne vois rien que le revenu d'engagement qui poudroie", aurait dit Soeur Anne si elle avait été au gouvernement et pas dans les Contes des mille et une nuit

C'est très étrange. Emmanuel Macron en a parlé le 12 juillet et depuis, on discute au gouvernement. À tel point que ce projet de 2 milliards par an, n'est pas au budget de l'année prochaine. Mais Jean Castex assure que ça se fera. Il s'agit d'un revenu qui pourra aller jusqu'à 500 euros par mois pour les jeunes de 16 à 25 ans qui ne travaillent pas, n'ont pas de formation et ne font pas d'études. Le RSA est versé à partir de 26 ans à ceux qui n'ont rien d'autre comme ressource. Cette fois, le gouvernement veut que ce soit associé à des contreparties pour permettre aux jeunes décrocheurs de retrouver un emploi.

On estime que ça toucherait environ 1 million de jeunes de 16 à 25 ans. Mais le chiffre non plus n'est pas totalement arrêté. Le ministère de l'Économie trouve que c'est un dispositif qui coûte cher quand le chômage baisse et qu'on fait face à une terrible pénurie de main-d'oeuvre. 

La situation des jeunes s'améliore

Il manque 100.000 postes dans l'hôtellerie-restauration. Les entreprises qui emploient des aides-soignantes ou des aides à domicile cherchent 86.000 postes. Quand un patron veut embaucher un carrossier, un couvreur, un géomètre, un plombier chauffagiste : 8 fois sur 10, il ne trouve pas. À Bercy, on estime que le travail est là et on veut qu'il y ait des contreparties claires et que les jeunes suivent des formations où on manque de bras. C'est la vision anti-assistanat de la droite classique.

À lire aussi

La situation des jeunes sur le marché de l'emploi s'améliore, le chômage des 15/24 ans est celui qui baisse le plus. C'est la plus forte baisse du côté des chômeurs de plus d'un an. Mais il ne faut jamais perdre de vue qu'il y a encore près de 20% de chômage dans cette tranche d'âge. Tout un pan de notre jeunesse a besoin d'être poussé sur le toboggan de la croissance. Mais il est certain qu'il faut du donnant-donnant et installer ces jeunes sur des métiers qui sont parfois durs, peu séduisants mais où il y a un travail assuré au bout.

C'est aussi un plan pour la jeunesse sur lequel le candidat Macron a envie de surfer. Il y a ceux qui sont déjà conquis et qui communiquent avec le code couleur de Netflix : "Vivement qu'on signe pour 5 saisons de plus". Ceux-là appartiennent à la "start-up nation", ils sont diplômés et sont déjà acquis. Mais aller chercher les décrocheurs, c'est récupérer ceux qui ne votent pas en temps normal, c'est un des objectifs du candidat-président.

Le plus : l'Europe va fabriquer des semi-conducteurs

Il serait temps ! Thierry Breton a annoncé dimanche dans Le Grand Jury sur RTL, qu'il espérait en lancer deux en Europe d'ici la fin de son mandat en 2024.

Le note : 18/20 à la gastronomie française

Emmanuel Macron a annoncé dimanche la création d'un centre de formation de l'élite de la cuisine française, pourquoi pas en région : un Clairefontaine ou un Marcousis de la gastronomie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/