1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Violences conjugales : Julie "a porté plainte six fois" avant d'être tuée
1 min de lecture

Violences conjugales : Julie "a porté plainte six fois" avant d'être tuée

A l'occasion de l'ouverture du Grenelle des violences conjugales, la famille de Julie, victime d'un féminicide témoigne sur RTL.

L'Île-Rousse, en Haute-Corse
L'Île-Rousse, en Haute-Corse
Crédit : RTL.fr
Féminicide en Haute-Corse : Julie "a porté plainte six fois"
00:01:52
Anne Le Henaff - édité par Marie Zafimehy

"C'était une jeune fille pétillante, souriante, belle..." Julie Douib est décédée en mars dernier sur l'île Rousse (Haute-Corse), tuée de deux balles dans le ventre par son ex-compagnon. Six mois avant, elle avait annoncé à son père qu'elle allait le quitter. "Il la frappait, il lui faisait la misère, il la rabaissait comme tous les pervers narcissiques font", témoigne-t-il auprès de RTL, jour d'ouverture du Grenelle des violences conjugales.


"Elle ne savait pas où aller, il l'avait désociabilisée, elle ne travaillait pas, elle élevait ses enfants, il l'avait coupée de ses amis, même si elle en voyait certains en cachette", ajoute-t-il. Lorsqu'elle est allée voir la police, personne ne lui a proposé de solution. Son père entame alors une série d'allers-retours en Corse. "Je sais qu'il est violent donc ça m'inquiète et c'est pour ça que je reste avec elle... Ce monsieur la traquait, la surveillait à la sortie de l'école quand elle devait prendre les enfants, pour voir où elle habitait".

"Julie a porté plainte six fois, pour menace de mort, pour harcèlement, pour coups et blessures", insiste sa famille. A chaque fois, elle expliquait qu'elle avait peur pour sa vie. Son ex-conjoint avait une autorisation de tir, parce qu'il faisait du tir en club. Elle avait peur qu'il utilise son arme. La police lui répondait qu'ils ne peuvent rien faire tant qu'il ne s'en est pas servi. 

Deux jours avant son assassinat elle va à la gendarmerie leur dire qu'il est venu encore la harceler, la menacer. Et c'est là qu'elle leur a dit : "Il faut qu'il me tue pour que vous fassiez quelque chose ?". Le dimanche matin, l'homme passe à l'acte et la tue, chez elle, de deux balles. Incarcéré en Corse, il attend d'être jugé et conserve son autorité parentale sur ses deux fils, qui vivent depuis chez les parents de Julie.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/