2 min de lecture Faits divers

Violences à Dijon : "Une volonté de vengeance afin de défendre son groupe", selon un spécialiste

INVITÉ RTL - Christophe Soullez, chef de l’Observatoire national de la délinquance, décrypte les schémas qui ont débouché sur les violences qui ont eu lieu à Dijon durant plusieurs jours.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Dijon : c'est "une volonté de vengeance afin de défendre son groupe", estime un spécialiste Crédit Image : Philippe DESMAZES / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Ryad Ouslimani

Les affrontements et les violences qui ont secoué certains quartiers de Dijon, à la suite d’un règlement de compte entre communautés tchétchène et maghrébine, ont donné lieu à des images choquantes. "C’est ce qui se passe depuis de nombreuses années ", explique sur RTL Christophe Soullez, chef de l’Observatoire national de la délinquance.

Il raconte "des règlements de comptes entre des bandes rivales" sur fond de "défense d’une réputation avec une démonstration de force". Car les bandes rivales, qui s’affrontent sur fond de lutte de territoire liée à l’économie souterraine, en arrivent à la violence physique dans le cadre d’"une volonté de vengeance afin de défendre son groupe".

"Là ce qui change à Dijon, c’est que le règlement de compte s’est exposé sur la voie publique", note le maître de conférence à Sciences Po. Par ailleurs, il y a eu pour la première fois l’émergence de violences émanant de membres de la communauté tchétchène

Les bandes commence à étendre leur territoire

"C’est une communauté qui était plutôt discrète ", indique Christophe Soullez. Même les bandes se livrant à des trafics, et dont les membres sont tchétchènes, restaient discrètes mais surtout n’avaient pas de contact avec d’autres trafiquants. 

À lire aussi
Clare Bronfman (au centre), héritière de l'empire de spiritueux Seagram, le 30 septembre 2020. faits divers
États-Unis : 6 ans de prison pour une riche héritière qui a soutenu une secte sexuelle

"Ces groupes se sont ouverts, ont créé des réseaux et ont cherché à étendre leur influence sur d’autres réseaux", pointe désormais Christophe Soullez. "Ils utilisent la violence et la menace pour s’imposer (…) Parfois pour s’imposer dans l’économie légale dans des démarches de blanchiment d’argent", raconte-t-il. Ils commencent "à vouloir conquérir des territoires". 

Quant à la réponse policière, elle est compliquée car il "est difficile d’anticiper ce genre de mouvement". "Une fois que l’événement s’est déclenché il faut un peu de temps pour mettre en place le rétablissement de l’ordre public", assure Christophe Soullez. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Violences Dijon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants