1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Dijon : "On est venus en France pour notre sécurité", dit le père du Tchétchène agressé
1 min de lecture

Dijon : "On est venus en France pour notre sécurité", dit le père du Tchétchène agressé

DOCUMENT RTL - Le père du Tchétchène de 19 ans, agressé mercredi 10 juin à Dijon, livre un témoignage glaçant. Depuis l'agression de son fils, la ville est devenue le théâtre de violents affrontements entre Tchétchènes et jeune d'un quartier.

Les tensions dans la cité des Grésilles, à Dijon, sont fortes depuis l'agression d'un Tchétchène, mercredi 10 juin 2020.
Les tensions dans la cité des Grésilles, à Dijon, sont fortes depuis l'agression d'un Tchétchène, mercredi 10 juin 2020.
Crédit : Philippe DESMAZES / AFP
Dijon : "On est venus en France pour notre sécurité", dit le père du Tchétchène agressé
02:39
Sina Mir - édité par Maeliss Innocenti

À Dijon, voilà quatre nuits que la tranquille cité de Bourgogne est le théâtre d'affrontements et de violences. Affrontements entre la communauté tchétchène et les jeunes des quartiers, sur fond de trafic de drogue. L'agression d'un jeune Tchétchène de 19 ans, survenue mercredi 10 juin dernier, est à l'origine de ces violences.

Sous le choc, le père de la victime ainsi que son frère, se sont confiés en exclusivité à RTL. Le père a déploré toute cette violence et a expliqué que lui et sa famille avaient quitté leur pays pour fuir la guerre : "On est venus d'un pays où il y avait la guerre, la violence, on ne veut pas que nos enfants vivent la même situation ici... On est venus en France pour notre sécurité, pour l'avenir de nos enfants."

Il a également décrit l'agression subie par son fils : "Deux voitures sont arrivées. Environ une dizaine de personnes avec des armes, des (barres de) fer… Ils ont tapé sur sa tête avec la crosse d'un pistolet. Deuxième coup de crosse sur le dos."

Sous les coups, le jeune Tchétchène est vite tombé au sol, mais ses agresseurs ont continué à le frapper. "Ils ont commencé à taper sur son visage. Ils ont donné des coups de pied et après, quand il s'est affaibli, ils ont mis un pistolet dans sa bouche en disant n'importe quoi : 'On est les rois ici, on est les plus forts' Et ils ont menacé de mort mon fils."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/