1 min de lecture Sécurité routière

VIDÉO - L'éthylotest antidémarrage bientôt mis en route

Dès le 1er janvier prochain, les conducteurs contrôlés positif au test d'alcoolémie auront le choix entre la suspension du permis et l'installation d'un éthylotest antidémarrage. Le dispositif est actuellement expérimenté dans six départements.

>
L'éthylotest antidémarrage bientôt mis en route Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : M6/Frédéric Badard/Jérôme Régali/Arthur Deshayes | Date :
Logo M6info
M6 La rédaction

Après “boire ou conduire?”, une autre question va bientôt se poser pour les conducteurs ayant justement décidé de ne pas choisir. En effet, dès le 1er janvier prochain, les automobilistes contrôlés positif au test d'alcoolémie auront le choix entre la suspension provisoire du permis et l’éthylotest antidémarrage.

En partie caché et scellé sous le tableau de bord, l'EAD est relié à un combiné que l’automobiliste devra utiliser avant chaque prise du véhicule. "Il met son contact, il prend son combiné. Il souffle. L'appareil analyse l'échantillon d'air projeté. Si l'haleine est correcte, évidemment vous pourrez démarrer le véhicule. Sinon l'appareil va vous bloquer pendant un certain temps”, explique Pascal Protin, installateur agréé dans le Gard. 

Déjà expérimenté dans six départements, le coût de ce dispositif, entre 1500 et 2000€,  sera à la charge du conducteur. Si les contrevenants décident de mettre la main à la poche, c'est pour une bonne raison. "Ça leur permet d'aller travailler, tout simplement”, souligne le garagiste,"ceux qui perdent leur permis, parfois ils perdent leur boulot, parce que justement ils ne peuvent plus se déplacer”.

À lire aussi
Un éthylotest anti-démarrage sur un bus auto
L'éthylotest anti-démarrage généralisé à toute la France

100.000 personnes par an perdent leur permis

Obligatoire pour les autocars depuis 2015, l'éthylotest antidémarrage sera généralisé à partir du 1er janvier 2019 pour tous les conducteurs. “Il y a à peu près 100 000 personnes par an qui perdent leur permis à cause de problèmes qui sont liés à l'alcool. (...) On peut facilement imaginer qu’il y ait 30 à 40% des contrevenants qui peuvent être équipés”, estime Patrick Perrier, directeur général de Lion laboratoire France, un fabricant d’EAD.

Cet éthylotest comprend également un dispositif anti-triche. Si le premier test est satisfaisant, un second souffle est demandé au conducteur 5 à 30 minutes après son départ. Il permet de vérifier qu'il n'était pas en phase d'alcoolémie ascendante, et que personne n'avait soufflé à sa place la première fois.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité routière Le 12.45 M6info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795311458
VIDÉO - L'éthylotest antidémarrage bientôt mis en route
VIDÉO - L'éthylotest antidémarrage bientôt mis en route
Dès le 1er janvier prochain, les conducteurs contrôlés positif au test d'alcoolémie auront le choix entre la suspension du permis et l'installation d'un éthylotest antidémarrage. Le dispositif est actuellement expérimenté dans six départements.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/video-l-ethylotest-antidemarrage-bientot-mis-en-route-7795311458
2018-10-24 16:50:21
https://cdn-media.rtl.fr/cache/BiIucUvdtuSbY0JmoaJ2MA/330v220-2/online/image/2015/1002/7779932604_un-ethylotest-anti-demarrage-sur-un-bus.jpg