1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Variole du singe : origine, transmission… 5 questions autour de cette maladie
3 min de lecture

Variole du singe : origine, transmission… 5 questions autour de cette maladie

Depuis quelques jours, cette mystérieuse maladie se répand en Europe. Malgré encore quelques zones d'ombre, voici ce que l'on sait sur la variole du singe.

Une chambre d'hôpital (Illustration)
Une chambre d'hôpital (Illustration)
Crédit : Idhir Baha / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Théo Putavy

La pandémie de coronavirus n'est même pas terminée qu'un nouveau virus fait trembler les autorités sanitaires. Bien moins répandue que la Covid-19, la variole du singe a déjà touché 191 cas en Europe, a indiqué ce mercredi 25 mai le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Le même jour, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé une situation "atypique" mais jugé possible de "stopper" cette transmission de la maladie entre humains. Elle a même ajouté ce vendredi 27 mai que les quelque 200 cas de variole du singe détectés ces dernières semaines dans le monde, dans des pays où le virus ne circule pas habituellement, pourraient n'être que "le sommet de l'iceberg"

"On a cinq cas avérés en France", a déclaré mercredi la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon sur RTL, confirmant que des mesures allaient être mises en place pour stopper la propagation du virus. 

Quelle est l'origine de cette maladie ?

Endémique en Afrique de l'Ouest, cette maladie virale ("monkeypox") et rare a été découverte en 1958, lorsque deux épidémies d'une maladie ressemblant à la variole se sont déclarées dans des colonies de singes élevés. 

À écouter aussi

Identifiée pour la première fois en République démocratique du Congo en 1970, la variole du singe est une maladie rare chez l'homme. Il s'agit d'une maladie infectieuse causée par un virus transmis à l'être humain par des animaux infectés. 

Comment se transmet-elle ?

"La plupart des cas sont des jeunes hommes, s'identifiant eux-mêmes comme des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Il n'y a eu aucun décès", a précisé l'agence européenne ECDC. 

La transmission nécessite un contact étroit et prolongé entre deux personnes. Elle se fait principalement par la salive ou via des lésions cutanées formées au cours de l'infection. À noter qu'une personne n'est contagieuse qu'à partir de l'apparition des premiers symptômes. 

Quels sont les symptômes ?

La variole du singe se manifeste généralement par de la fièvre, des douleurs musculaires ou des ganglions lymphatiques enflés. Surtout, le monkeypox peut provoquer des éruptions cutanées caractéristiques sur le visage avant de se développer sur le corps. Des cloques qui évoluent ensuite en pustules. Des symptômes qui disparaîtraient dans un délai de 14 à 21 jours. 

La maladie étant majoritairement bénigne, elle guérit le plus souvent spontanément au bout de 2 à 3 semaines. Les cas graves se produisent plus fréquemment chez les enfants et sont liés à l'ampleur de l'exposition au virus, à l'état de santé du patient et à la gravité des complications.

Où en est la vaccination ?

"Nous suivrons la préconisation, les stocks [de vaccins] sont là, a indiqué la ministre de la Santé sur RTL. Il y a des stocks stratégiques. Il s'agira d'une vaccination ciblée pas d'une vaccination totale. Ce sera une opération ciblée au-delà des soignants avec les cas contacts".

En effet, la Haute autorité de la santé (HAS) a recommandé ce mardi 24 mai la mise en œuvre d'une stratégie vaccinale réactive, c'est-à-dire autour d'un cas confirmé. Ainsi, les adultes dont le contact avec une personne infectée est considéré comme à risque, doivent se faire vacciner. La HAS considère qu'une stratégie de vaccination réactive est pertinente au regard des délais d'incubation de la maladie souvent compris entre 6 et 16 jours. En effet, la variole a été éradiquée en France au début des années 1980 grâce à un vaccin.

Quelles sont les précautions à prendre ?

"Le virus monkeypox peut être transmis par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes (salive, éternuements, postillons…). On peut également se contaminer au contact de l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselle, linge de bain…). Il est donc important que les malades respectent un isolement pendant toute la durée de la maladie (jusqu’à disparition des dernières croutes, le plus souvent 3 semaines)", détaille Santé publique France

Selon Sky News, qui relaie les recommandations du National Health Service, système de santé publique au Royaume-Uni, la maladie peut également s'attraper en mangeant de la viande d'un animal infecté qui n'a pas été cuite correctement. Il recommande donc de "se laver régulièrement les mains ou d'utiliser des désinfectants pour les mains et de ne manger que de la viande bien cuite".

Les précautions à prendre devraient être de plus en plus précises au fur et à mesure que les analyses scientifiques seront rendues, même si pour l'instant, la majorité des spécialistes se veut rassurante. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/