1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Vaccins contre la Covid-19 : une levée des brevets qui se heurte à de nombreux obstacles
2 min de lecture

Vaccins contre la Covid-19 : une levée des brevets qui se heurte à de nombreux obstacles

FACT CHECKING - La levée des brevets des vaccins contre le coronavirus est réclamée par de nombreux pays et acteurs politiques mais le poids du lobby pharmaceutique se fait sentir.

Une personne vaccinée contre le coronavirus (illustration)
Une personne vaccinée contre le coronavirus (illustration)
Crédit : SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
Vaccins contre le Covid : une levée des brevets qui se heurte à de nombreux obstacles
02:59
Vaccins contre le Covid : une levée des brevets qui se heurte à de nombreux obstacles
02:59
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Florise Vaubien

Allons-nous vers une levée des brevets afin que chacun puisse produire des vaccins contre le coronavirus et accélérer la lutte contre la pandémie ? De plus en plus de grandes voix le demandent mais les obstacles sont encore nombreux

Le 1er mai 2020, Emmanuel Macron, accompagné de cinq autres chefs d'État européens dont Angela Merkel, signait dans le Journal du Dimanche une tribune appelant à faire du vaccin "un bien public mondial disponible, accessible et abordable pour tous". Mais un an plus tard, on s’interroge sur une future augmentation du prix des vaccins Pfizer-BioNtech

Depuis six mois, le dossier des brevets des vaccins, qui appartiennent aux laboratoires pharmaceutiques et dont la levée pourrait permettre une plus grande production, n'avance pas. En novembre dernier, l'Inde et l'Afrique du Sud en ont fait la demande devant les 160 membres de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), en vain

Un lobby très puissant qui fait pression

Début mars, rebelotte mais cette fois, c’est une centaine de pays qui portent le dossier de la levée des brevets devant l’OMC, se heurtant au refus des pays du nord et notamment de l’Union Européenne et des États-Unis

À lire aussi

La semaine dernière, François Hollande et l’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, accompagnés de quelques prix Nobel, ont demandé la levée temporaire de ces brevets. Quant à Joe Biden, il pourrait y être favorable, mais pour l’instant, c’est comme parler à un mur, il est rare qu’il vous réponde.

On ne connait pas véritablement les raisons de ces votes au sein de l'OMC puisqu’ils sont soumis à la discrétion. Mais, on peut se douter que les pays du nord refusent la levée des brevets car les laboratoires ayant lancé ou produit ces vaccins se trouvent en Europe ou aux États-Unis et ils représentent un lobby très puissant. La crainte de la fâcherie et la crainte de les voir s’installer ailleurs est forte. 

Vers une licence obligatoire ?

De plus, il existe notamment avec l’Inde, un acteur clef de la production, la peur d’un nationalisme vaccinal. Le pays produit de l’AstraZeneca pour le Royaume-Uni, mais avec la reprise de l’épidémie, il préfère garder ses doses. Pourtant, l'Afrique du Sud et l'Inde ont les capacités de produire en masse

L’argument de ceux qui sont contre la levée des brevets est de dire que tous les pays n’ont pas les moyens de produire, ce qui est vrai. La preuve avec la Russie, vaccin efficace, on le sait, mais de faibles moyens de production.

Il existe une solution plus rapide, notamment la licence obligatoire, un mécanisme de l’OMC. Il permet à un pays, pour des raisons de santé publique, de demander l'autorisation à un laboratoire pharmaceutique, qui détient un brevet sur un médicament ou un vaccin, de produire ou de faire produire ce vaccin, sans l'autorisation de la firme. 

Ce droit existe en France, mais les firmes pharmaceutiques ne sont pas très volontaires. Une nouvelle fois, la crainte de voir s’expatrier des savoir-faire, le bien public mondial d’attendre lui par contre est très efficace.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/