4 min de lecture Coronavirus

Vaccin contre la Covid-19 : Sanofi compte-t-il fournir les États-Unis en priorité ?

Un programme de recherche lie Sanofi aux États-Unis. Mais le groupe assure qu'il distribuera son vaccin à tous les citoyens français, si vaccin il y a.

L'entreprise Sanofi de Paris, le 25 septembre 2012.
L'entreprise Sanofi de Paris, le 25 septembre 2012. Crédit : AFP
micro générique
La rédaction de RTL édité par Chloé Richard-Le Bris
>
Vaccin contre la Covid-19 : Sanofi compte-t-il fournir les États-Unis en priorité ? Crédit Média : Laura Maucci | Durée : | Date :

À quand un vaccin contre le coronavirus ? Le laboratoire français Sanofi travaille dessus mais les Américains seront les premiers servis, affirme le patron britannique du groupe Paul Hudson. Il rappelle que les États-Unis ont été les premiers à financer le programme de recherche dès le mois de février. Une chose "inacceptable" pour la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher.

Mais le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, tempère sur RTL : "Je voudrais rassurer tous les Français, il est évident que si Sanofi découvre un vaccin efficace contre le Covid-19, il sera accessible à l’ensemble des citoyens français. Il est de notre responsabilité, si on a un vaccin efficace, de distribuer très largement. Les Américains sont très mobilisés, nous appelons de nos vœux que l’Europe s’organise de la même manière pour pouvoir aller très vite aussi. Si les choses se déroulent bien, il n’y a aucune raison que les patients américains aient accès plus vite que les patients français au vaccin."

Le directeur général du groupe, Paul Hudson, avait affirmé mercredi 13 mai que Sanofi servirait "en premier" les États-Unis s'il trouvait un vaccin car ce pays "partage le risque" des recherches dans le cadre d'un partenariat avec l'Autorité pour la recherche et développement avancée dans le domaine biomédical (Barda). Le gouvernement américain "a le droit aux plus grosses précommandes" car les États-Unis "ont investi pour essayer de protéger leur population", a-t-il expliqué dans un entretien à l'agence Bloomberg. Il a précisé que cette avance pourrait être de quelques jours ou quelques semaines.

Olivier Bogillot s'est également exprimé sur BFMTV, où il affirme que Paul Hudson s'est mal exprimé, cherchant à interpeller l'Europe pour qu'elle s'organise en faveur de la recherche pour un vaccin. Il ajoute que "développer un vaccin ça prend dix ans en temps normal, là on le fait en 18-24 mois. Nous essayons d'accélérer toutes les phases y compris l'achat de matière première, de seringues, de flacons."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Vaccin Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants