1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Surendettement : le nombre de ménages concernés en baisse
3 min de lecture

Surendettement : le nombre de ménages concernés en baisse

Le taux de ménages français surendettés a atteint son plus bas niveau depuis 30 ans, mais concerne encore plus de 143.000 foyers.

Un dossier de surendettement est déposé en France toutes les 2 minutes
Un dossier de surendettement est déposé en France toutes les 2 minutes
Crédit : AFP / Archives, Fred Dufour
Surendettement : le nombre de ménages concernés en baisse
00:03:54
Surendettement : le nombre de ménages concernés en baisse
00:03:54
Martial You - édité par Maeliss Innocenti

Le nombre de ménages surendettés est en baisse de 8% sur un an... au plus bas depuis 30 ans. Trente ans, c'est la mise en place en 1990 de la loi Neiertz et son système de suivi du surendettement des ménages avec un accompagnement des familles. Il y a 143.080 foyers en situation de surendettement dans le pays et on a enregistré 81.000 nouveaux dossiers l'an dernier selon la Banque de France.
 
Qui est concerné ? Le surendettement est malheureusement souvent la dernière marche dans une chute, ce qu'on appelle les accidents de la vie. Majoritairement, on va retrouver des femmes (55%) seules ou divorcées. Moins de 47% des personnes en surendettement vivent en couple par exemple. Et 1 foyer monoparental sur 5 a de graves difficultés financières. Il s'agit du public le plus fragile du pays, ceux qui vivent déjà sous le seuil de pauvreté avec moins de 1.000 euros par mois.
 
Comment expliquer cette baisse ? Il faut dire merci à Christine Lagarde et à Benoît Hamon. Depuis 10 ans, on a encadré le fameux crédit revolving qui s'est effondré (-30% par rapport à 2010)... Et ça, c'était un véritable piège qui plongeait les familles les plus fragiles dans la surconsommation et dans l'endettement en prolongeant sans fin les crédits. Désormais, les commerçants doivent proposer un crédit classique au-delà de 1.000 euros et surtout étudier la situation des personnes avant de souscrire un prêt.

Les classes moyennes pas à l'abri

Mais il y a deux raisons de rester prudents car on vit une période à risque et surtout une période qui pourrait fragiliser les classes moyennes qui échappent pour l'instant au surendettement.
 
D'abord, les grandes enseignes de la distribution surfent sur la mode de la Location Longue Durée qui marche très bien pour la voiture et proposent de plus en plus d'offrir la LDD sur les produits électro-ménagers. Attention, car on se retrouve dans un système où les ménages ne sont propriétaires de rien et doivent renouveler régulièrement leurs appareils. Ça ressemble au revolving.
 
Et puis, il y a un risque sur l'immobilier. Même si on a des taux d'intérêts très bas. Car le risque, c'est que les taux remontent. La dette des ménages français sur l'immobilier a explosé ces dernières années. Elle représente 48% de notre endettement aujourd'hui contre 22%, il y a 10 ans. Tant que les taux sont bas, tout va bien. Surtout qu'on a des taux fixes en France. Mais l'immobilier est aussi le principal patrimoine des ménages. Surtout chez les classes moyennes. Si les taux remontent, cela va gripper le marché immobilier et faire baisser les prix. Et à ce moment-là, on risque d'avoir des familles en difficulté.
 
C'est pour ça que Bercy et la Banque de France incitent fortement les banques à calmer le jeu et à réduire l'offre de prêts immobilier car on sait que les taux vont finir par remonter et cela va mettre les banques et leurs clients en difficulté.

Le plus : les Américains après Nokia et Ericsson

C'est le ministre de la Justice qui le dit. Les Américains ne veulent pas des Chinois pour développer leurs infrastructures 5G... le soucis, c'est que Huawei est très en avance. Résultat, un groupe d'entreprises américaines et européennes pourraient racheter nos deux acteurs européens Nokia et Ericsson pour en faire l'alternative aux Chinois.

La note : un triste 9/20 à Pronuptia

Le spécialiste de la robe de mariée à prix abordable met la clé sous la porte. 234 salariés et 41 magasins sont concernés. Pronuptia avait été lancé dans les années 50 et avait fait rêver les babyboomers. Mais aujourd'hui on se marie moins et on achète sa robe sur Internet.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/