1 min de lecture Agriculture

Sortir du glyphosate aura "un coût élevé" avertit un rapport parlementaire

"Il est crucial que le gouvernement clarifie son message à l'égard des agriculteurs", demande la mission d'information sur le glyphosate. La ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a affirmé que le gouvernement "reste résolu à (en) sortir".

Le glyphosate est utilisé lors des épandages sur les cultures
Le glyphosate est utilisé lors des épandages sur les cultures Crédit : PABLO AHARONIAN / AFP
Florian Soenen et AFP

De 50 à 150 euros en plus par hectare : la sortie du glyphosate prévue en 2021 risque de se faire dans la douleur, avertit un rapport issu de la mission d'information commune sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate" de l'Assemblée nationale. Il demande à l'État de préciser rapidement les cultures qui "bénéficieront d'une dérogation" d'utilisation en 2021.

Frais de main d'œuvre (12,7 millions d'euros d'heures supplémentaires), consommation de carburant multipliée par trois ou quatre (87 millions d'euros), investissements en matériels nouveaux et croissance des dépenses dans d'autres produits chimiques : les coûts induits par la suppression seront importants et feraient augmenter les coûts de production du blé de 10 euros la tonne. Les alternatives émettraient également 226.000 tonnes de CO2 supplémentaires. 

Dans plusieurs situations, comme l'agriculture de conservation des sols (sans labourage), les cultures en pente, comme les vignes, ou des marchés spécifiques comme le lin, l'interdiction est "une impasse", estime le rapport. Celui-ci juge "inconscient d'attendre le 31 décembre 2020" pour savoir quelles dérogations à l'interdiction seront accordées par le gouvernement, demandant six mois plus tôt.  

Pour la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, "ce rapport est intéressant car il pointe que ce n'est pas en claquant des doigts qu'on décide comme cela qu'on arrête le glyphosate (...) Je pense qu'on a des premières filières qui pourront le faire sans doute plus rapidement que d'autres. On souhaite avoir la première viticulture zéro glyphosate et je pense qu'ils sont en train d'agir pour que ce soit le cas", a-t-elle précisé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Glyphosate Pesticides
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants