2 min de lecture Agriculture

Glyphosate : comment les producteurs de pommes font pour s'en passer

Les producteurs de golden du Limousin, seule pomme AOP de France, se passent de désherbant pour respecter l'interdiction du gouvernement. C'est possible, mais ce n'est pas simple.

C'est notre plane`te - C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
Mangez des pommes...sans glyphosate Crédit Image : AFP / Archives, MATTHIEU ALEXANDRE | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin édité par Benjamin Hue

Les goldens du Limousin arrivent en ce moment dans les rayons. On l’oublie parfois, mais les pommes ont une saison. Et les 250 producteurs ont décidé de se passer du désherbant pour respecter l'interdiction voulue par le gouvernement. C'est donc possible, mais leur exemple le montre, ce n'est pas simple.

Les deux tiers des producteurs ont déjà supprimé le glyphosate. Les autres s'engagent à le faire avant 2021. Ils produisent tous la fameuse golden du Limousin, la seule pomme AOP en France. Ils ont besoin de désherber sous le pommier, car s'il y a trop de végétation, ça concurrence l'arbre, ça lui prend de l'eau et de nutriments. Il faut donc désherber. Avant, ils faisaient deux traitements chimiques par an. 

Ces produits ont été remplacés par des machines. Ils désherbent désormais mécaniquement. Ils ont essayé différentes machines qu'ils ont dû acheter. Au début, ça n'allait pas. Là, ils sont à peu près au point. Il leur en faut deux. Une qui gratte le sol et l'autre qui coupe l'herbe avec un fil. Et tout ça a un coût.

La facture de carburant a augmenté

Reste un problème. Ces machines fonctionnent au gazole. Avant, ils passaient deux fois dans le verger avec les traitements chimiques. Ils doivent désormais passer six ou sept fois. J'ai parlé hier avec un producteur, Michel Texier, qui possède 18 hectares. Avant, il avait besoin de 50 litres de gazole par an. Aujourd'hui, il lui en faut 1.200. Certes, sa facture de produits chimiques a baissé, mais celle de carburant a augmenté. 

À lire aussi
Des gendarmes contrôle l'alcoolémie d'un automobiliste (Illustration). alcool
Les infos de 7h30 - Alcool au volant : la FNSEA juge "incompréhensible" les propos de Didier Guillaume

En un sens, se passer du glyphosate peut être contradictoire avec la lutte contre le réchauffement. Le désherbage mécanique lui coûte, en gros, 3 centimes de plus au kilo. Ce qui augmente ses coûts de production de 10%.  

Ces producteurs du Limousin disent qu'ils ont bien compris que les consommateurs ont peur des pesticides. Ils ont aussi supprimé les néonicotinoïdes. Pour lutter contre les parasites, le puceron ou le ver, ils font du biocontrôle. Ils envoient des hormones dans leurs vergers pour perturber leur reproduction. Michel Texier a vu sa terre changer, elle est plus vivante. Il trouve même que ses pommes sont meilleures.

Certains traitements chimiques restent nécessaires

Mais il n'a pas pour autant complètement stoppé la chimie. Non, il a encore besoin de quelques traitements pour lutter contres des parasites. Là, il n'a pas encore de solution. Il rappelle que ses concurrents polonais, par exemple, ne s'embarrassent pas avec les pesticides ou le glyphosate. Ils ont toujours le droit et ils traitent leurs pommes qui arrivent chez nous, dopées aux pesticides à des prix dérisoires.

La pomme du Limousin, elle, n'a rien à voir avec la golden fade et farineuse. Elle pousse en altitude, le froid la fait rosir, elle a ses jolies tâches de rousseur, que l'on appelle des lenticelles. C'est la pomme de qualité. Si vous voulez un fruit sain et bon, il faut regarder les étiquettes. Et y mettre le prix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Environnement Glyphosate
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants