2 min de lecture Trains

SNCF : les TER ont coûté 8,5 milliards d'euros en 2017, "une activité coûteuse"

Un rapport de Cour des Compte pointe "une activité coûteuse, de plus en plus subventionnée" : les TER ont coûté 8,5 milliards d'euros en 2017.

Un train TER (illustration)
Un train TER (illustration) Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Ils transportent chaque jour 900.000 voyageurs. Les transports régionaux express (TER), 7.000 trains et 1.300 cars, sont l'objet d'un rapport de la Cour des comptes publié ce mercredi 23 octobre. L'institution pointe "des constats préoccupants : baisse de la fréquentation, dégradation de la qualité de service, augmentation des coûts d’exploitation".

En 2017, le coût des TER est estimé à 8,5 milliards d'euros, "lorsqu'on y intègre notamment les investissements et les coûts environnementaux", explique le rapport. "Les coûts d’exploitation des TER, de 4,1 milliards d'euros, sont en hausse constante. Ils tiennent à la faible productivité de SNCF Mobilités et à des charges de personnel élevées, mais aussi à une offre de service par les régions qui pourrait être optimisée."

Or, note la Cour des comptes, "les régions en couvrent la majeure partie (3,1 milliards d'euros), tandis que les voyageurs n’en supportent qu’un milliard, en raison de politiques tarifaires attractives. Pour SNCF Mobilités, cette activité dégage une marge élevée du fait de sa position de monopole."

De "fortes tensions" entre régions et SNCF

"Cet état des lieux explique les fortes tensions, sur la période, entre l’exploitant ferroviaire historique, SNCF Mobilités, et les régions, en qualité d’autorités organisatrices, constate la Cour des comptes. La situation de monopole de SNCF Mobilités n’a pas permis une transparence totale des informations, une prise en compte suffisante des enjeux de qualité de service et une maîtrise des coûts."

"La perspective de l’ouverture à la concurrence doit permettre de rééquilibrer ces relations, prévient la Cour des Comptes. Cela suppose que les régions montent en compétence pour contrôler l’activité de l’exploitant et expérimenter leurs premiers appels d’offres. De son côté, SNCF Mobilités doit impérativement améliorer sa performance pour être concurrentielle et gagner en autonomie en envisageant la filialisation de l’activité TER.

Des petites lignes coûteuses... et pas écologiques

À lire aussi
Un TGV (illustration) faits divers
Reims : un passager complètement nu crie "Allah Akbar", le train évacué

La Cour des comptes note aussi, qu'"en termes d’émission de gaz à effet de serre, le bilan des TER est inégal : favorable pour des transports de masse sur le réseau électrifié, il est négatif pour les trains peu fréquentés roulant au diesel." Le rapport explique par ailleurs que "la quasi-totalité" des lignes peu fréquentées "n’est pas électrifiée. 285 gares accueillaient en moyenne moins de trois voyageurs par jour en 2016."

"Sans forcément renoncer à certaines dessertes, une réflexion sur le dispositif régional de transport est nécessaire pour faire évoluer l’offre ferroviaire notamment dans les territoires isolés, mieux l’articuler avec les autres modes de transport et optimiser sa gestion", estime la Cour des comptes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Trains SNCF Régions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants