2 min de lecture Réforme territoriale

Fusion des régions : pourquoi la mesure n'a "quasiment" pas permis d'économies

ÉDITO - Selon un rapport sévère de la Cour des comptes, la réforme territoriale s'est soldée par une augmentation des dépenses des nouvelles grandes régions.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Fusion des régions : pourquoi la mesure n'a "quasiment" pas permis d'économies Crédit Image : GEORGES GOBET / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Léa Stassinet

Réduire le nombre de régions n’a pas fait faire d’économies. C’est ce que constate dans un rapport sévère la Cour des comptes. Il n'y a quasiment pas d’économie d’échelle. Plus les régions sont devenues grandes, plus leurs dépenses ont augmenté.

Il faut en revenir à l’histoire de ces fusions, déjà racontée, mais toujours édifiante. Le redécoupage s'est fait un soir à l'Élysée avec autour de François Hollande, les éléphants socialistes qui se sont écharpés. La Bretagne n’a pas fusionné avec les Pays de la Loire ce soir-là, et la Nouvelle-Aquitaine ou la région Grand Est sont devenues immenses, pour des raisons purement politiques.

À l’époque, en 2015, le gouvernement parlait à terme de 12 milliards d’euros d’économies par an. Un chiffre totalement délirant et basé sur rien puisqu’aujourd’hui, les régions qui ont fusionnées entre elles ont globalement augmenté leurs dépenses de fonctionnement.

Deux facteurs d'explication

Cela s’explique par 2 raisons : quand les régions ont fusionné, elles ont harmonisé les régimes de leurs fonctionnaires par le haut. C’est-à-dire qu’elles ont appliqué les conditions les plus avantageuses pour tout le monde. Résultat, et c’est là que la Cour des comptes se montre sévère, cela coûte 50 millions d’euros de plus par an qu’avant la réforme.

À lire aussi
Une carte grise (illustration) société
Carte grise : la fusion des régions fait flamber les prix

Et puis, pour ne vexer personne, des régions ont maintenu plusieurs assemblées, ou ont dispatché leur administration entre plusieurs capitales régionales. Entre Montpellier et Toulouse, par exemple, ou entre Caen et Rouen. Là, il y a des élus et des fonctionnaires qui font des kilomètres et des kilomètres et ça aussi, ça coûte cher.

Des dépenses réduites sur les achats de gros

N'y a-t-il pour autant aucun effet d'économie ? Si, sur les achats de gros, d’énergie, de fournitures. Mais ce n’est pas encore spectaculaire. Il se passe en fait la même chose que pour les fusions de communes ou les intercommunalités, toujours plus grandes. Avant que cela permette de réaliser des économies, les dépenses, et parfois même les effectifs de personnels augmentent. Si bien que personne ne promet plus d’économie réelles avant quelques années...

Ces grandes régions, au-delà de l'aspect financier ont néanmoins un sens. Mais la vraie question, ce n’est plus la taille mais leur puissance. Une région comme la Normandie, c’est 2 milliards d’euros de budget. En Allemagne ou en Espagne, une région, c’est 20 milliards de budget. Donc nos régions sont plus grandes qu’avant mais elles sont loin d’avoir autant de pouvoir que leurs voisines européennes. Et ça, ça dépend de l'État.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme territoriale Régions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants